En Harmonie avec Haydn

 

Dimanche 27.02.22 | 17h00

Victoria Hall, Genève

 

Vendredi 25.03.22 | 20h00

Église St-François, Lausanne

 

Production Ensemble Vocal de Lausanne

En Harmonie avec Haydn

Programme

Joseph Haydn Te Deum für die Kaiserin Marie Therese, Hob. XXIIIc:2 (1799)

Joseph Haydn Scena di Berenice, Hob. XXIVa:10 (1795)

Joseph Haydn Harmoniemesse, Hob. XXII:14 (1802)

 

Charlotte Despaux soprano

Sophie Marilley alto

Peter Gijsbertsen ténor

Anas Séguin baryton

 

Ensemble Vocal de Lausanne

Orchestre Musique des Lumières

Pierre-Fabien Roubaty direction

Au château du prince Nicolas d’Esterhazy : En Harmonie Avec Haydn

L’EVL, avec la complicité de l’orchestre Musique des Lumières et le concours d’une nouvelle génération de solistes d’exception interprètent sous la baguette de Pierre-Fabien Roubaty la dernière grande messe de Joseph Haydn. Composée il y a tout juste 220 ans à Eisenstadt, résidence principale du Prince Nicolas II, elle porte le titre d’Harmoniemesse, en raison de l’importante présence des instruments à vent. Beauté vocale, richesse de l’orchestration et grande spiritualité préfigurent indéniablement la Messe en Mi bémol de Schubert. En prélude, le Te Deum, œuvre grandiose dédiée à l’impératrice Marie-Thérèse d’Autriche.

Pierre-Fabien Roubaty a dirigé de nombreuses formations chorales de Suisse, notamment le chœur Arsis, qu'il fonde et dont il assure la direction depuis 2006. Avec deux Master décernés par la Haute Ecole de Musique de Lausanne, tous deux obtenus avec la note maximale et des prix d'excellence, ainsi qu'un Diplom of advanced Studies en direction d'orchestre délivré par la Hochschule der Künste de Berne, Pierre-Fabien Roubaty est à la fois un chef et un pianiste reconnu. Comme chef de chant ou répétiteur, il a préparé des chœurs et des solistes pour de nombreuses productions d'opéra et d’oratorio. Il a en outre eu le privilège de travailler au contact de musicien·ne·s de renom, tels que Michel Corboz, Jean-Claude Malgoire, Raphaël Pichon, Marc Minkovski, Daniel Reuss, Christa Ludwig ou encore Ramón Vargas. En septembre 2019, Pierre-Fabien Roubaty est nommé directeur artistique et musical de l'Ensemble Vocal de Lausanne.

 

Charlotte Despaux chante depuis son plus jeune âge. En 2012, elle entre au CNSMDP dans la classe de Malcolm Walker et est choisie pour chanter dans La Vierge de Massenet à Notre- Dame de Paris sous la direction de Patrick Fournillier. Elle est lauréate de plusieurs concours dont celui de Marmande (Prix Jeune Espoir et Prix Spécial du Jury), de Béziers et des Musiques au cœur du Médoc (1er prix). Suite au concours de Marmande et à seulement 19 ans, Michèle Herbé lui propose le rôle de Sophie dans Werther au festival Nuits Lyriques de Marmande et au Théâtre de Mérignac.

Elle y revient pour Romeo et Juliette de Gounod et les quatre héroïnes des Contes d’Hoffmann. Elle interprète Eurydice (Orphée et Eurydice), Micaëla (Carmen), Leïla (Les Pêcheurs de perles) et Nausicaa de Reynaldo Hahn. Dernièrement, on a pu l’entendre dans la Comtesse Lisa (Le Pays du sourire) et Missia Palmieri (La Veuve joyeuse) à Marseille ; le rôle-titre de La Traviata au Théâtre des Variétés de Paris ; la Comtesse Almaviva (Les Noces de Figaro) au Festival de Saint-Céré, à Clermont-Ferrand et en tournée avec Opéra Eclaté, Marguerite (Faust) et Poussette (Manon) à Monte Carlo ; Giulietta (Les Contes d’Hoffmann) à Fribourg ; Marie de Gonzague (Cinq Mars de Gounod) à Leipzig (co-production Palazetto Bru-Zane) ; Frasquita (Carmen) au Théâtre du Capitole de Toulouse et au Shaanxi Performing Arts Centre de Xi’An ; la Dame d’honneur (Macbeth) à Limoges et Reims, la Comtesse Ceprano (Rigoletto) à l’Opéra de Massy, la Première Prêtresse et une Femme Grecque (Iphigénie en Tauride) au Théâtre des Champs-Elysées etc.

Elle se produit régulièrement en récital, notamment au festival « Les Saisons de la voix » à Gordes et au Petit Palais à Paris. En juillet 2014, elle participe à la master class donnée par Ludovic Tézier à l’Opéra de Nancy. Elle a interprété la Quatrième Symphonie de Mahler avec l’orchestre « Melodix » de Nanterre. Durant la saison 2015-2016, elle est résidente à La Chapelle Reine Elisabeth en Belgique où elle se perfectionne auprès de José van Dam. Au cours de la saison 2019-2020, elle chante Juliette (Roméo et Juliette) au Festival de Gujan-Mestras, la Dame d’Honneur de Macbeth à l’Opéra de Massy, la Comtesse des Noces de Figaro à l’Opéra de Lille. Elle fait ses débuts à l’Opéra de Paris en 2020 avec le Carmen de Calixto Bieito dans le rôle de Frasquita.

Anna Wall, mezzo-soprano

Anna Wall a fait ses études en chant lyrique à la Guildhall School of Music and Drama de Londres.
A son arrivée en France, elle poursuit sa formation à l’Atelier Lyrique de l’Opéra national de Paris où elle a remporté le prestigieux Prix Lyrique de l’AROP.
Elle fait ses débuts à l’Opéra National de Paris comme Il Paggio Rigoletto, suivie de Kate Pinkerton Madama Butterfly et Tisbe dans La Cenerentola.
Durant son séjour à l’Atelier Lyrique les rôles d’Anna Wall incluent Hermia Songe d’une nuit d’été dirigé par Ed Gardner, Lucrèce Le Viol de Lucrèce, Dorabella Cosi fan tutte mis en scène à l’Opéra de Rennes, Didon Didon et Énée, et La Folle dans Les Aveugles de Xavier Dayer à l’Opéra National de Paris. Elle a également doublé Cherubino dans Le nozze di Figaro pour l’Opéra National de Paris et chanté Komponist Ariadne auf Naxos à la Fondation Royaumont sous la direction du metteur en scène André Engel.
Régulièrement invitée par le Concert d’Astrée dirigé par Emmanuelle Haïm, Anna Wall interprète Fortuna/Venere/Pallade dans L’Incoronazione di Poppea de Monteverdi à l’Opéra de Lille et à l’auditorium Dijon, Junon dans Actéon de Charpentier.
Engagée également pour incarner Concepcion dans L’Heure Espagnole pour l’Atelier Lyrique, Der Trommler dans Der Kaiser von Atlantis pour ARCAL et à Bâle en Suisse, Floßhilde dans Das Rheingold et Siegrune dans Die Walküre pour l’Opéra de Dijon.
Autres rôles incluent Glasa dans Katia Kabanova pour l’Opéra de Dijon et Deuxième Nymphe dans Rusalka pour l’Opéra national de Paris.
En concert, Anna Wall a chanté La Bonne Chanson de Fauré et Il Tramonto de Respighi avec le quatuor Auryn au International Mendelssohn Festival à Hamburg, et plus récemment, la Messe en ut mineur de Mozart ainsi que le Messie de Haendel avec Musiques des Lumières à Bâle.
Ses futurs projets incluent une série de concerts dont le trio final du Rosenkavalier de Strauss avec l’Orchestre Victor Hugo Franche-Comté.

Anas Séguin , Baryton

Révélation Artiste Lyrique 2014 de l’ADAMI, Anas Séguin étudie le chant dans la classe de Sophie Hervé, au CNSM de Paris dans la classe de Malcom Walker et à la Queen Elisabeth Music Chapel auprès de José Van Dam. Il est lauréat de nombreux concours nationaux et internationaux, notamment le Concours International de Chant de Toulouse en 2016 et Voix Nouvelles 2018.
En concert, il chante le Requiem de Brahms, la Missa Di Gloria de Donizetti, le Requiem de Fauré et Die Schöne Müllerin de Schubert. En 2016, il est invité par Raymond Duffaut à l’Opéra Grand Avignon pour le Concert Jeune Tremplin. Il est également invité par Gaëlle Le Gallic dans l’émission Génération Jeunes Interprètes sur France Musique.
Au cours de la saison 2016-17, Anas chante Pagageno (Die Zauberflöte) à Gujean-Mestras. Il aborde Florestan dans Véronique de Messager à l’Odéon de Marseille, Rodomonte dans Orlando Paladino à l’Opéra de Fribourg et à l’Opéra de Lausanne, et Wagner dans Faust de Gounod au Festival Lyrique de Marmande. Il incarne également le Comte (Le Nozze di Figaro) en tournée dans toute la France avec Opéra Éclaté.
Durant la saison 2017-18 Anas interprète Figaro dans la nouvelle production Un Barbiere au Théâtre des Champs-Elysées puis en tournée dans toute la France, et Moralès dans Carmen au Capitole de Toulouse. Il chante le rôle de Wagner dans la version inédite du Faust de Gounod au Théâtre des Champs-Elysées avec les Talens Lyriques sous la direction de Christophe Rousset et monte sur cette même scène lors de la soirée ‘Sacré Rossini’ de Radio Classique aux côtés de Karine Deshayes. Il fait ses débuts au Festival de Radio France à Montpellier dans l’opéra inachevé Kassya de Delibes.
Il débute la saison 2018/19 au Théâtre des Champs-Elysées dans La Traviata avec Jérémie Rhorer et fait ses débuts à l’Opéra de Bordeaux dans le rôle de Figaro dans Il Barbiere di Siviglia avec Marc Minkowski. Il chante le rôle du Comte dans Le Nozze di Figaro à l’Opéra de Massy et part en tournée avec Insula Orchestra dans Freischütz. Il participe à la tournée de concerts les lauréats du Concours Voix Nouvelles à travers la France.
Les deux saisons suivantes, malgré de nombreuses annulations causées par la pandémie, sont marquées par La Périchole avec Les Musiciens du Louvre, la reprise de Freischütz, mais aussi Moralès dans Carmen à l’Opéra de Monte-Carlo.
Anas débute la saison 2021/22 au Grand Théâtre de Genève dans Guerre et Paix ; il chantera ensuite Moralès à l’Opéra National du Rhin, puis Don Fernando dans Fidelio avec Insula Orchestra. Il chantera en concert avec l’Ensemble Vocal de Lausanne et les Talens lyriques.

 

Peter Gijsbertsen, ténor

Lauréat en 2018 de la plus haute distinction en musique classique, le Nederlandse Muziekprijs, Peter est considéré comme l’un des chanteurs les plus polyvalents des Pays-Bas. Il a également reçu le prix John Christie (Glyndebourne Festival Opera) et a été triple lauréat du concours international de chant de Den Bosch.
Son répertoire lyrique récent comprend les rôles de Roméo dans Roméo et Juliette de Gounod (Opera Zuid), Gonzalve dans L’heure espagnole de Ravel (Opera Zuid), Alfredo dans La Traviata de Verdi (Scottish Opera, Longborough Festival Opera), Ferrando dans Così fan tutte de Mozart (Dorset Opera Festival), Tamino dans Die Zauberflöte de Mozart (Scottish Opera, Nouvel Opéra Fribourg, Opera Zuid), The Novice dans Billy Budd de Britten (Bolshoi Theatre, Glyndebourne et BAM New York), Janiček dans Diary of one who dissappard de Janáček (Opéra de Lyon/Muziektheater Transparant) et Acis dans Acis and Galatea de Händel (Dorset Opera Festival, Nouvel Opéra Fribourg).
En concert, Peter a interprété les parties solistes de la Passion selon Saint Matthieu de Bach (Royal Concertgebouw Orchestra, sortie en DVD avec Art House), Kammermusik 1958 van H.W. Henze (NDR Symfony orchestra Hamburg, sortie en CD avec Wergo), Pulcinella de Stravinsky (Rotterdam Philharmonic Orchestra).
Peter a enregistré plusieurs CD avec les labels Phaedra et MDG, parmi lesquels des récitals complets de chansons de Strauss, Schubert, Robert Schumann, Clara Schumann, Duparc, Mortelmans et Van Hoof. Il a fait partie du jury du premier tour du concours de chant IVC et a été invité en tant que professeur aux Udo Reinemann International Masterclasses aux côtés de Christianne Stotijn.
Parmi ses engagements futurs, citons Janiček dans Diary of one who dissappeard de Janáček (Muziektheater Transparant) et Don José dans Carmen de Bizet (Longborough Festival Opera), ainsi que de nombreux concerts et récitals.

 

Ensemble Vocal de Lausanne

L’Ensemble Vocal de Lausanne (EVL), a été fondé en 1961 par Michel Corboz qui l’a dirigé avec succès pendant plus de cinquante ans. Ensemble vocal professionnel d’excellence, l’EVL rivalise avec les meilleures formations sur la scène nationale et internationale tout en ayant un fort ancrage en Suisse. Artistiquement, il se constitue en un chœur de chambre à géométrie variable, composé d’un noyau de professionnel·le·s auquel viennent s’adjoindre, selon les œuvres, des choristes de haut niveau et de jeunes artistes en formation. Son répertoire s’étend du XVIe au XXIe siècle, avec une emphase sur la musique française, les compositeurs suisses et la création.

Aujourd’hui l’ensemble est dirigé par Pierre-Fabien Roubaty, directeur artistique et Daniel Reuss, chef invité principal. En parallèle à son activité sous la direction des chefs précités, l’EVL s’exprime ponctuellement sous la baguette de chefs mondialement reconnus. Ces dernières années, l’Ensemble Vocal de Lausanne a notamment chanté sous la direction de : Raphaël Pichon, Leonardo Garcìa Alarcón, Jonathan Nott, Arie van Beek ou encore Marc Kissóczy. Le rayonnement de l’EVL dépasse largement les frontières avec des sollicitations sur les scènes internationales. Ces dix dernières années il a participé à de nombreux festivals prestigieux tels que La Folle Journée, La Roque d’Anthéron, le Festival d’Aix-en-Provence, à la Chapelle Royale de Versailles ou au Gstaad Menuhin Festival. Par ailleurs, l’EVL collabore régulièrement avec des orchestres suisses et internationaux de renommée.

L’abondante discographie de l’EVL lui confère une aura internationale. Il a reçu le Grand Prix du disque de l’Académie Charles Cros avec l’enregistrement des Vêpres de Monteverdi. Une trentaine d’autres albums ont été primés, parmi lesquels les trois fameux Requiem de Mozart(Choc du Monde de la Musique, 1999), de Fauré (Choc de l’année 2007 du Monde de la Musique) et de Gounod (Choc de Classica 2011). Son dernier opus, Le Roi David d’Arthur Honegger (version 1921) est sorti en 2017. Nominé pour le renommé prix « Edison Klassik », il représente le 115e disque de l’EVL.

Orchestre Musique des Lumières

Splendid New “Emperor of Atlantis.” Ensemble blend is not something stressed very often in modern-day opera or oratorio performances, and I for once was thrilled to hear it. It is the mark of conscientious artists who care about musical values. But, as I say, it’s the overall dramatic quality of the performance that hits you hard.  // The Art Music Lounge, 2018

 

La transversalité stylistique est au cœur de recherche sonore de l’orchestre Musique des Lumières et de Facundo Agudin. Depuis son lieu de résidence dans le Jura suisse, et ses différents pôles d’action à Neuchâtel, Biel-Bienne, Lausanne, Bâle, la production de MdL rayonne en collaborant régulièrement avec des artistes tels que Giuliano Carmignola, Andrés Gabetta, Ramón Vargas, Sara Mingardo. L’orchestre inaugure le labyrinthe Borges de la Fondazione Giorgio Cini à Venise ; ouvre la Biennale für Neue Musik Chur ; lance encore le Projet Dürrenmatt avec l’opéra Romulus der Grosse de A. Pflüger en 2015 (ce programme réunira des créations de Sontòn Caflisch, Pérez Ramírez, Gesseney). Musique des Lumières et Facundo Agudin ont enregistré pour OEHMS, NEOS, Doron, SRF 2 Kultur. Ils sont actuellement artistes associés du label IBS Classical, dont les albums Bach Mirror (2017) et Der Kaiser von Atlantis (2018) ont suscité l’éloge de la presse internationale. Dans la série contemporaine Music & Words, chaque album s’inspire d’un grand auteur de notre temps : Generación Cortázar (2020), Sounding Dürrenmatt (2021) ; The Brodsky Album (2022). Parmi les prochaines productions discographiques, sont à mentionner Stabat Mater (2022) avec Sara Mingardo et Bénédicte Tauran ; An English Garden (2023) avec Marina Viotti ; Das Lied von der Erde (2022) avec Ramón Vargas. MdL est soutenu par le Canton du Jura et la Loterie Romande. Ses projets reçoivent le soutien des fondations Pro Helvetia, Göhner, Binding, Nestlé pour l’art, SRKS, Kerr-Dürrenmatt.

 

Facundo Agudin

Chef d’orchestre suisse-argentin, Facundo Agudin se forme à Buenos Aires, puis réalise des études de post-grade à la Schola Cantorum Basiliensis et chante au sein du Schweizer Kammerchor sous la direction de Valery Gergiev, Claudio Abbado, Armin Jordan, Simon Rattle, Gennadii Roshdestwenskii. En 2007, il remporte le Premier Prix au Colin Metters Seminar à Saint Petersbourg. Facundo a fait ses débuts au Théâtre Mariinsky de St-Pétersbourg avec Faust en 2015. En 2017, il fera ses débuts au Festival Enescu avec le Würth Philharmonic, dans la série XXI e Siècle. Avec ce-même orchestre, il mène des projets avec des artistes tels Giuliano Carmignola, Ramón Vargas, Roberto Alagna.

Depuis 2001, il est directeur de Musique des Lumières. Il a dirigé les orchestres du Théâtre Mariinsky, Prague Chamber Orchestra, Sinfonieorchester Basel, Basel Sinfonietta, Symphonique de Bienne, Orchestre de Cannes-Côte- d’Azur, Orchestre de Besançon, Fondazione CRT Torino, Sinfonica Aosta, Opéra National de Pologne-Poznan, Symphonique de Saint Petersbourg, Opéra national d’Arménie, Philharmonique de Kislovodsk, Phliharmonique de Buenos Aires, Symphonique National d’Argentine, Teatro Argentino de La Plata, Symphonique de Bahía, Symphonique National du Paraguay. Il collabore avec des artistes tels que Sergio Tiempo, Philippe Bianconi, Catalin Desaga, Marcelo Nisinman, Ramón Vargas, Rubén Amoretti, Michal Znaniecki, Paula Almerares, Marcelo Lombardero, Pedro Memelsdorff.

En Argentine, Agudin est directeur du programme Sinfónica Patagonia de l’Université Nationale de Río Negro et Professeur invité de Direction d’orchestre à l’Université Nationale des Arts à Buenos Aires. Avec Musique des Lumières, il enregistre avec RTS SRF 2 Kultur pour les labels Oehms Classics, NEOS, Doron Music. Depuis 2016, il est artiste du label IBS Classical qui publiera, en 2017, les albums Bach Mirror, Der Kaiser von Atlantis, Proyecto Cortázar et Mozart & Dürrenmatt.
Dans le cadre de “Dürrenmatt 2021”, en coopération avec le Centre Dürrenmatt Neuchâtel, il collabore avec des compositeurs tels qu’Andreas Pflüger, Marco Pérez-Ramírez, Dominique Gesseney, Philippe Schoeller et Richard Dubugnon. Il est membre du Forum des 100 L’Hebdo et du jury du Concours de Lausanne. Il a été nominé en 2015 et 2016 au prix “Meilleur chef d’orchestre argentin” aux côtés de Daniel Barenmboim.

Agudin est représenté par Hainzl&Delage Artists Management.
www.facundoagudin.net

Orchestre Musique des Lumières

Fondé en 2004 dans le cadre des Saisons Musique des Lumières la formation est rapidement devenue un acteur culturel majeur de Suisse. Depuis sa fondation, Facundo Agudin en assure la direction artistique et musicale.

L’ochestre Musique des Lumières (MdL) développe de nombreux projets de création contemporaine. En juin 2011, MdL et Agudin ont été invités par la Fondazione Giorgio Cini, pour créer El laberinto de Julio Viera, lors de l’inauguration du labyrinthe de Randoll Coate en l’honneur de Jorge Luis Borges dans les cloîtres de San Giorgio Maggiore, à Venise. Depuis 2012, MdL mène le projet Nuevo Tango Nuevo en collaboration avec Marcelo Nisinman, Pablo Ortiz, Julio Viera. En coopération avec le Centre Dürrenmatt Neuchâtel, MdL mène le programme “Dürrenmatt 2021”.

Agudin et MdL sont commanditeurs de nombreuses oeuvres d’Andreas Pflüger, notamment les opéras Der schwarze Mozart (Bâle, 2006), Romulus der Grosse (Neuchâtel, 2015), et les Concertos pour clavecin et bandonéon (Prague, 2007) et violoncelle (Bâle, 2014).

Dans le domaine de l’opéra, l’orchestre Musique des Lumières a établi des collaborations avec Opera Obliqua, Kaserne Basel, le Theater Biel, l’Opéra National de Pologne à Poznán, la Ricordi München, Universal Music Group, la radio DRS2, Oehms Classics, le Festival Stand’Eté, le Théâtre du Passage Neuchâtel, Lyrica Neuchâtel, le Palace à Bienne, le Théâtre de Vevey, le Théâtre de Fribourg, Le Granit scène nationale de Belfort, Orchestra Classica Italiana, Scuola di perfezzionamento musicale di Saluzzo, le Comité des Jeux d’hiver Torino, Centre Dürrenmatt Neuchâtel, ARCAL Paris. MdL enregistre avec la Radio Télévision Suisse pour les labels OehmsClassics, Neos Music et Doron. En 2016, l’orchestre s’associe au label IBS Classical pour l’édition de Bach Mirror, Der Kaiser von Atlantis, Proyecto Cortázar et Mozart & Dürrenmatt.

L’Orchestre Musique des Lumières est subventionné par la République et canton du Jura. Ses projets sont soutenus par la Loterie Romande, la Fondation suisse pour la culture Pro Helvetia Swiss Arts Council, la Charlotte Kerr Dürrenmatt-Stiftung et nombre d’autres institutions.

AVEC LE SOUTIEN DE
SPONSOR DE PROJET
SOUTIEN DE PROJET
COMMUNES PARTENAIRES
COLLABORATIONS ARTISTIQUES
PARTENAIRES ARTISTIQUES
COOPÉRATIONS
COLLABORATIONS