SOPRANO OU CASTRATO ?

19.04.2024 – 19:00

Collégiale, Saint-Imier

Espace La Velle, Le Noirmont

Collégiale, Neuchâtel

Programme

Antonio Vivaldi L’Estro Armonico Op. 3 (1711)
Concertos pour 1, 2 et 4 violons et violoncelle: No4 RV 550, No5 RV519,
No6 RV363
Leonardo Vinci « Quell’amor che poco accende » (Catone in Utica)
Georg Philipp Telemann Concerto Polonois TWV 43:B3, I. Dolce — II. Allegro
George Frideric Handel « Ah ! Ruggero crudel… » (Alcina)
Georg Philipp Telemann Concerto polonois TWV 43:B3, III. Largo — IV.
Allegro Pablo Ortiz / Joseph Brodsky « Nativity » (commande MdL 2022)

Avec

LAURENCE GUILLOD soprano
MUSIQUE DES LUMIÈRES
ANNA TROXLER, SEVERINE COZETTE,
ROBERTO RUTKAUSKAS, JAMILA GARAYUSIFLI, violons solistes

FACUNDO AGUDIN direction

ILS SONT LA VOIX DES ANGES

« A la fois homme, femme et enfant, le castrat possédait dans son chant des qualités propres à ces trois états. Une fois castré, pas de mue. Sa voie restait donc « haute ». De plus, la castration entraînait un développement de la cage thoracique, d’où une puissance hors de portée des chanteuses. Les castrats furent, pendant deux siècles, le symbole du bel canto. Puissante et d’une souplesse sans égal, leur voix pouvait couvrir l’étendue de trois octaves, comprenant tous les registres connus, du soprano à la basse. Cet éclat incomparable, mêlé au trouble produit par leur ambiguïté sexuelle, est à l’origine d’une véritable fascination exercée sur le public et les compositeurs. » (Bertrand Dermoncourt, L’Express, Paris, 2009).

L’opéra Catone in Utica de Leonardo Vinci est créé à Rome en 1728. Une ordonnance papale interdisant la présence des femmes sur scène, la distribution de l’opéra est entièrement masculine : elle comporte deux rôles de ténors et quatre rôles (féminins et masculins) assumés par des castrats. Notre programme intègre l’air de Cesare Cet amour qui s’enflamme peu…, interprété ici par Laurence Guillod, une des sopranos les plus intéressantes de la scène suisse actuelle. Artiste versatile, elle investit aussi le rôle la d’Alcina dans l’opéra éponyme de Handel : pendant une forte tempête, deux voyageurs font naufrage sur l’île de la magicienne Alcina et de sa sœur Morgana. Dans une surprenante histoire d’amours contrariées, et de funestes sortilèges, Alcina, bouleversée par la fuite de Ruggiero (à qui elle avait jeté un sort d’amour) invoque les esprits pour qu’ils puissent lui ramener son bien-aimé. L’histoire tourne au tragique, et la palais envoûtant d’Alcina s’effondre. Les anciens amants, qu’elle avait transformés en rochers, en arbres, en animaux, reprennent forme humaine…

Vers la fin du concert, notre soprano réalise une prouesse stylistique (digne des sors de la magicienne) avec le poème Nativity de Joseph Brodsky, mis en musique par Pablo Ortiz pour le projet The Brodsky Album.

Deux grands auteurs baroques sont représentés dans ce programme au paysage féérique : l’orchestre Musique des Lumières et Facundo Agudin présentent ici le troisième volet du cycle L’Estro Armonico d’Antonio Vivaldi, avec les Concertos Nos 4-5-6 (ce dernier, reconnaissable dès ses premiers accords !). Aussi, faisant suite à la Suite des Nations anciennes et modernes jouée en streaming en temps de confinement… voici le Concerto Polonois de Georg-Philipp Telemann : une page joyeuse, aimable, qui offre une contrepartie idéale aux feux Vivaldiens—et à aux fureurs de l’Enchanteresse.

Anna Troxler

Anna Troxler
Née à Ekaterinbourg, Anna Troxler a obtenu son Bachelor au Conservatoire d’État de Moscou en 2015. Elle a ensuite obtenu un Master en « Music Performance – Concert » à la Zürcher Hochschule der Künste (2018) et un deuxième Master en « Specialized Music Performance – Kammermusik » (2019) dans les classes d’Ilya Gringolts, Ulrich Koella et Monika Baer.
Avec différents ensembles et orchestres, Anna s’est produite dans de festivals majeurs tels que le Schleswig-Holstein Festival, Alte Musik Zürich, MAfestival Brugge, Festival Oude Muziek Utrecht, Salzburger Festspiele et le Festival d’Aix-en-Provence.
Ces dernières années, Anna a joué sous la direction de chefs d’orchestre renommés tels que Thomas Hengelbrock, Raphaël Pichon, Sylvain Cambreling, Gianluca Capuano, William Christie, Heinz Holliger, Trevor
Pinnock, Teodor Currentzis, Philippe Herreweghe, René Jacobs et Giovanni Antonini.
Depuis plusieurs années, Anna joue régulièrement comme Concertmaster avec Musique des Lumières en formation baroque. Elle travaille comme Cheffe de pupitre des seconds violons auprès du Kammerorchester Basel.

Laurence Guillod

Laurence Guillod

Swiss-Italian soprano Laurence Guillod is a regular performer on international stages, both in opera and in concert. Her career has taken her to the Teatro Massimo Bellini in Catania, the Concertgebouw in Amsterdam, the Opéra de Toulon, and in Switzerland to the Theater Basel, the Opéra de Lausanne, the Opéra de Fribourg, the Casino de Bâle and the Victoria Hall. In 2020, she was invited by the Orchestre National de Lyon for a series of concerts at the Auditorium de Lyon, conducted by Ben Glasberg, as well as by the Orchestra of the Cameristi della Scala di Milano, to perform the MatthäusPassion under the baton of Wilson Hermanto.

She has successfully taken on the roles of Ilia (Idomeneo), Adina (L’Elisir d’amore), Juliet (Romeo and Juliet) and Marguerite (Faust), as well as Violetta Valéry (Traviata), Micaela (Carmen) and Donna Elvira (Don Giovanni). More recently, she made her debut in the Puccini roles of Liù (Turandot), followed by Tosca and Mimì (La Bohème), which she will have the pleasure of performing in a new production in 2023. Laurence frequently performs the religious repertoire, notably Brahms’s Requiem at Geneva’s Victoria Hall, Fauré’s Requiem at Amsterdam’s Concertgebouw, Schubert’s Mass in Eb at the Salle de Musique de la Chaux-de-Fonds, Mozart’s Mass in C, Rossini’s Stabat Mater and Petite Messe solennelle.

She is also a keen recitalist, working with pianists Christian Favre, Riccardo Bovino and Edward Rushton, at the Festival Lied et Mélodies in Geneva and in the Stimmen zu Gast season at Liestal.

Laurence has worked with conductors such as John Nelson, James Gaffigan, Andrea Marcon, Facundo Agudin, Roberto Rizzi-Brignoli, Antonio Pirolli, Axel Kober,, Gabriel Feltz and stage directors Jérôme Deschamps, Omar Porras, Bruno Ravella, David Bösch, Elmar Goerden, Benedikt von Peter. She regularly collaborates with Agudin and Musique des Lumières: in 2023 she recorded The Brodsky Album (IBS 2023), Puccini’s La Bohème, Brahms’ German Requiem.

Laurence graduated at the highest level from the Haute Ecole de Musique de Lausanne, where she was awarded the Max Jost Prize for outstanding studies ; she spent a season with the Basel Opera Studio. She received several awards, including Colette Mosetti Foundation, Migros Cultural Prix, Claudio Abbado Special Prize and 2nd prize at the Umberto Giordano International Competition (IT).

Newsletter

Inscrivez-vous à notre newsletter pour recevoir les dernières nouvelles ainsi que les concerts à venir.