Le chœur de Brahms

L’année Beethoven

14 novembre 2020 – 19h30

Basler Münster, Bâle

15 novembre 2020 – 17h

Basler Münster, Bâle

PROGRAMME

Johannes Brahms
Schicksalslied Op. 54 (Friedrich Hölderlin)

Ludwig van Beethoven
Messe en Ut majeur Op.86

Johannes Brahms
Nänie Op.82 (Friedrich Schiller)

Bénédicte Tauran soprano
Annina Haug
alto
Michael Mogl
ténor
Lisandro Abadie
basse

Basler Gesangverein
Orchestre Musique des Lumières
Facundo Agudin
direction

Production Basler Gesangverein

Photo : Daniele Caminiti

BILLETTERIE

Bider & Tanner Basel
email : ticket@biderundtanner.ch
tél. : 061 206 99 96

Bénédicte Tauran

Après des études musicales au Conservatoire de Limoges, sa ville natale, Bénédicte Tauran poursuit sa formation instrumentale à la Schola Cantorum de Bâle et vocale au Conservatoire de Neuchâtel.

Sa voix ductile et son éclectisme lui permettent d’aborder des rôles tels que Susanna (Nozze di Figaro), Armida (Rinaldo), Mélisande, Clairette (La Fille de Madame Angot), Gilda, Rosina, Gretel, Pamina, Norina, Arminda (La Finta Giardiniera), Wanda (La Grande Duchesse de Gerolstein), Zerlina, Jacqueline (Fortunio)... Elle s’est produite au Theater an der Wien, aux opéras de Genève, Lausanne, Fribourg, Kassel, Rennes, Potsdam...

Bénédicte Tauran s’illustre également dans le répertoire sacré et le récital. Elle collabore avec de grands chefs tels que Bertrand de Billy, Christophe Rousset, Nello Santi, Facundo Agudin..., et metteurs en scène (Laurent Pelly, Robert Carsen, Christoph Loy...)

Régulièrement invitée par Musique des Lumières, elle a participé à plusieurs enregistrements discographiques avec Facundo Agudin ainsi qu’avec bon nombre d’autres chefs.

Depuis quelques années, Bénédicte Tauran se consacre également à l’enseignement, fruit de ses années d’expérience. Bénédicte Tauran est lauréate de plusieurs bourses et prix internationaux: Genève 2003, Salzburg 2006, Lausanne 2008, Bourses Colette Mosetti et Ernst-Göhner.

www.tauranbenedicte.com

Annina Haug

D’abord diplômée d’enseignement du violoncelle au Conservatoire neuchâtelois, elle cultive ensuite sa passion pour le chant par des études à la Royal Academy of Music de Londres, à la Musik-Hochschule de Lucerne et au Schweizer Opernstudio. Actuellement elle continue de se perfectionner auprès de Marc Bourdeau.

Elle répond à maints engagements en soliste et à l’opéra, elle chante avec Les Basel Sinfonietta, Filarmonica de Stat Sibiu, L'Orchestre de Chambre de Lausanne, L'Orchestre de Chambre de Genève, L'Orchestre de Chambre fribourgeois, L'Ensemble Symphonique de Neuchâtel ou La Landwehr de Fribourg.

A l’opéra son répertoire s’étend de Monteverdi à Mozart, Rossini et Britten. La musique de chambre fait également partie de ses domaines de prédilections. En récital avec la harpiste Meret Eve Haug, avec qui, elles créent le DUO HAUG ou avec un programme "Cabaret" sur scène avec le pianiste Raphaël Sudan par exemple. Elle est artiste active et membre de l'organisation Besuch der Lieder qui promeut le répertoire du Lied et de la mélodie française at home.
Elle vit à Fribourg avec son petit garçon, avec qui elle partage sa passion pour la lecture, la forêt et les découvertes en tous genres.

www.anninahaug.com
www.besuchderlieder.net

Michael Mogl

Der Tenor Michael Mogl erhielt seine erste musikalische Ausbildung bei den Regensburger Domspatzen. Danach studierte er an den Hochschulen in Köln und Zürich, wo er sein Studium mit Auszeichnung abschloss.

Der junge Tenor kann eine rege Konzerttätigkeit im In- und Ausland vorweisen und arbeitete mit renommierten Orchestern und Dirigenten zusammen.

Sein weit gefächertes Repertoire reicht von Monteverdi über Mozart bis hin zur zeitgenössischen Musik. Darunter Werke, wie C. Monteverdis Marienvesper, Kantaten und Oratorien von J.S. Bach, Händels Messias, das Requiem von Mozart, die Schöpfung von Joseph Haydn, Felix Mendelssohn-Bartholdys Paulus und Elias und Rossinis Petite messe solennelle.

Dem vielseitigen Sänger liegt auch die Oper am Herzen. So sang er beispielsweise den Tamino in Mozarts „Zauberflöte“, den Contino Belfiore in der Mozartoper „La finta giardiniera“ oder den Orpheus in Harrison Birtwistles „The Corridor“. Erst kürzlich war er als Bettelstudent in der gleichnamigen Operette von Carl Millöcker zu erleben.

Zudem gestaltet der Tenor auch Liederabende und solistische Konzertprogramme mit unterschiedlichen thematischen und musikalischen Schwerpunkten. Seine Partner sind unter anderem der Pianist Edward Rushton oder das Stradivari Quartett.

Bei oehms classics liegt eine CD-Einspielung von Georg Joseph Voglers Requiem zusammen mit dem Orpheus-Chor München und der Neuen Hofkapelle München unter der Leitung von Gerd Guglhör vor.

Der junge Tenor ist Stipendiat des Richard-Wagner-Verbandes und Förderpreisträger der Kai-Uwe von Hassel Stiftung. Zudem war er 2013 Stipendiat der Liedakademie des Heidelberger Frühlings.

Pascale van Coppenolle

 

 

Pascale Van Coppenolle, de nationalité Belge est née à Tokio. Elle a grandi dans unenvironnement familial propice aux arts, son père jouant du piano et de l’orgue. Bien qu’elle reçoive sa première éducation musicale à Londres, ce n’est qu’après le baccalauréat qu’elle entreprend des études d’orgue au Conservatoire Royal de Liège,  sous l’impulsion d’Hubert Schoonbroodt. Elle y obtient de nombreux prix dans diverses branches musicales, dont le prix Gustave Deruyts et le diplôme supérieur d’orgue avec grande distinction. Elle enrichit sa formation auprès de maîtres comme André Isoir, Bernard Lagacé, Luigi Ferdinando Tagliavini, Harald Vogel et Xavier Darasse.

Pédagogue reconnue, elle a approfondi l’écriture musicale avec le professeur Friedrich Jaecker à la Hochschule für Musik de Cologne, où son diplôme obtenu avec brio fut l’occasion d’un mémoire original sur l’emploi de l’orgue dans la musique contemporaine.

Pendant une vingtaine d’années, elle déploie une intense activité pédagogique en Belgique et au Luxembourg, tant dans le domaine de l’orgue que dans celui de la théorie, innovant dans la pédagogie des cours d’écriture. Parallèlement, elle mène une carrière de concertiste en soliste (Luxembourg, Belgique, France, Pays-Bas, Allemagne, USA, Brésil, Japon, Pologne, Irlande, Italie, Suisse) ou dans des ensembles, tout en organisant des cycles de concerts à l’orgue historique de 1693 de l’église des Trinitaires de Vianden au Luxembourg, dont elle sera titulaire pendant 13 ans. Elle a mis sur pied le festival transfrontalier « Musiques au temps des Trinitaires » (« Musik zur Zeit der Trinitarier ») retraçant l’histoire de cet ordre religieux peu connu dans la région frontalière entre le Luxembourg, l’Allemagne et la Belgique.

Pascale Van Coppenolle a valorisé les instruments historiques baroques du Luxembourg. Ses études à ce sujet ont trouvé accueil jusqu’au Japon (Organ Kenkyu), et se sont incarnées dans une série de quatre CD qui ont trouvé un large écho dans la presse internationale spécialisée.

Elle impressionne par son jeu vif, détaillé et souple ainsi que son art raffiné et inventif de la registration. Pascale Van Coppenolle propose des programmes originaux présentant aussi des compositeurs moins connus, n’hésitant pas à mêler le passé et le présent et à développer des thèmes enrichissants. Depuis quelques années, elle fait connaître les compositrices pour orgue du XVIIè au XXè siècle. Son répertoire s’étend sur six siècles de musique, avec une prédilection pour la musique ancienne.

Depuis août 2007, elle est organiste au Temple Allemand de Bienne (Suisse) et professeure à la Haute Ecole des Arts de Berne.

Ouverte au dialogue entre les arts, elle marie dans ses « Musiques du Soir » à Bienne la musique d’orgue – qu’elle soit composée par les grands maîtres ou improvisée librement – avec le texte, la pantomime, la sculpture ou la danse pour ne citer que quelques-uns des alliages possibles.

Passionnée par les recherches et les réalisations de son prédecesseur Daniel Glaus pour promouvoir et construire un orgue à vent « dynamique », elle a soutenu la réalisation du nouvel orgue Metzler au Temple Allemand de Bienne, inédit sur le plan international, qui réunit l’orgue traditionnel de 3 claviers à un 4ème clavier à vent dynamique.

Sa discographie présente entre autres les orgues historiques du Grand-Duché de Luxembourg (XVIIème et XVIIIème siècles) dans des programmes à thème comme par exemple « Le Luxembourg entre le monde latin et germanique » ou l’œuvre d’orgue de Louis Marchand. De nombreux commentaires élogieux émanent de la part de professionnels du métier dans différents pays d’Europe ainsi qu’aux USA et au Canada.

 

Facundo Agudin

Chef d’orchestre suisse-argentin, Facundo Agudin se forme à Buenos Aires, puis réalise des études de post-grade à la Schola Cantorum Basiliensis et chante au sein du Schweizer Kammerchor sous la direction de Valery Gergiev, Claudio Abbado, Armin Jordan, Simon Rattle. En 2007, il remporte le Premier Prix au Colin Metters Seminar à Saint-Pétersbourg. Facundo a fait ses débuts au Théâtre Mariinsky de Saint-Pétersbourg avec Faust en 2015. Il collabore, parmi d’autres artistes, avec Giuliano Carmignola, Ramon Vargas, Pedro Memelsdorff, Sergio Tiempo, Philippe Bianconi, Sara Mingardo.

Basé en Suisse, Agudin est directeur de Musique des Lumières et collabore avec Festival Ljubljana, Enescu Festival, Maggio Musicale Fiorentino, Théâtre Mariinsky, RTV Slovenian, Prague Chamber Orchestra, TOBS Bienne, Sinfonieorchester Basel, Basel Sinfonietta, Orchestre de Cannes et de Besançon, CRT Torino, Teatr Wielki Poznan – Opéra National de Pologne, Opéra National d’Arménie, Teatro Colón, Symphonique National d’Argentine, Symphonique de Córdoba. Il est directeur du programme Sinfónica Patagonia (Université Nationale de Río Negro), professeur invité à l’Université Nationale des Arts, directeur de projet à l’Université des Arts Tirana et président du jury du CIML Concours de Lausanne.

Basler Gesangverein

Le Basler Gesangverein est un large choeur symphonique et demeure dans l'actualité la plus ancienne société chorale de Suisse.

Le chœur a été fondé après qu'en 1820, le Schweizerische Musikfest se soit déroulé à Bâle. Ce chœur a été créé et dirigé par le professeur de musique Ferdinand Laur.

Johannes Brahms s'est rendu en juin 1865 à Bâle pour assister à la création en Suisse par le BGV de la Passion selon saint Matthieu de Bach sous la direction de Ernst Reiter. En février 1869, le BGV a joué dans la cathédrale en première exécution en Suisse, son Requiem allemand après la création à Leipzig. Et lorsque le Basler Gesangverein en 1874 a célébré son 50e anniversaire, Brahms a dirigé à cette occasion son Triumphlied. De 1899 à 1902, le choeur est dirigé par le compositeur Hans Huber.

Pour le 100e anniversaire, le chef de chœur Hermann Suter a créé son oratorio Le Laudi di San Francesco d’Assisi. Pour le 125e anniversaire, Hans Münch a écrit sa cantate Gryphius.

Le BGV conduit deux productions par année, accompagné par quelques uns des orchestres les plus représentatifs de la scène musicale suisse. Son répertoire s'étend du baroque au contemporain, avec une sensibilité particulière pour le romantisme allemand. Facundo Agudin assume la Direction musicale et artistique ad interim en janvier 2020.

Musique des Lumières

L’Orchestre Musique des Lumières, que Facundo Agudin dirige depuis ses débuts en 2001, mène une activité symphonique qui occupe depuis plusieurs années une place importante sur le paysage culturel suisse. Dans un approche transversale du répertoire, l’originalité de ses productions est régulièrement saluée par la critique internationale et attire le regard de musicologues de prestige.

Depuis 2008, l’Orchestre Musique des Lumières a développé différents projets en collaboration avec Fondazione Giorgio Cini, Centre Dürrenmatt Neuchâtel, Biennale Neue Musik Chur, TOBS Théâtre Orchestre Bienne Soleure, Opera Obliqua, Kaserne Basel, l’Opéra National de Pologne à Poznán, Ricordi München, Universal Music Group, IRTS 2 Kultur, Festival Stand’Eté, Théâtre du Passage et Lyrica Neuchâtel, Théâtre de Vevey, Théâtre de Fribourg, la Scène nationale de Belfort, Orchestra Classica Italiana, le Comité des Jeux d’hiver Torino, ARCAL Paris.

L’Orchestre Musique des Lumières est soutenu par la République et canton du Jura et la Loterie Romande. Ses différents projets sont accompagnés par la Fondation suisse pour la culture Pro Helvetia, la Charlotte Kerr Dürrenmatt-Stiftung, la Fondation Nestlé pour l’art, la fondation SUISA, la Fondation Dénéréaz parmi d’autres institutions.

AVEC LE SOUTIEN DE
PARTENARIATS
COLLABORATIONS