Le Requiem à Fribourg

 

Vendredi 18.02.22 | 20:30

Église des Cordeliers, Fribourg

Production Arsis Fribourg

Le Requiem KV 626 de W. A. Mozart

 

« Comme la mort […] est l’ultime étape de notre vie, je me suis familiarisé depuis quelques années avec ce meilleur et véritable ami de l’homme, de sorte que son image non seulement n’a pour moi rien d’effrayant mais est plutôt quelque chose de rassurant et de consolateur. » Voici ce qu’écrit Wolfgang Amadeus Mozart à son père Léopold quelques années avant de mourir. Ainsi, cette œuvre ultime du compositeur oscille entre accents terribles et tendres mélodies apaisantes et mélancoliques. En 1791, Mozart est gravement malade lorsqu’il débute la composition de cette partition, commandée par le comte Walsegg-Stuppach, qui est donc vue comme sa dernière confidence. Il ne pourra en achever que deux parties : l’Introït et le Kyrie. Le reste demeure à l’état d’ébauche avec seulement les voix et quelques indications. Le fameux Lacrimosa est extrêmement lacunaire et s’interrompt au bout de huit mesures seulement. Après la mort de Mozart, son épouse Constance demande à Franz Xaver Süssmayr, l’élève du prodige, de terminer cette partition en s’inspirant des fragments laissés par le compositeur. Tout comme la mort, cette œuvre est à la fois pathétique et terrifiante, calme et terrible. Ecrite pour quatre solistes, chœur et orchestre symphonique, cette messe des morts ne possède aucun effet brillant ou virtuose. Le chœur occupe le devant de la scènet et offre le spectaculaire en laissant éclater sa puissance, comme dans le Dies Irae où il figure tantôt la colère divine qui s’abat sur les hommes, tantôt des tentatives d’adoucir cette colère, tantôt des cris de terreur.

Programme

Wolfgang Amadé Mozart (1756-1791)

Requiem en ré mineur KV 626

Misericordias Domini KV 222

Ave verum Corpus KV 618

 

 

 

Annaëlle Désert soprano
Ludmila Schwarzwalder alto
Jonathan Spicher ténor
Jean-Luc Waeber baryton

Chœur Arsis Fribourg

Orchestre Musique des Lumières

Pierre-Fabien Roubaty direction

Pierre-Fabien Roubaty a dirigé de nombreuses formations chorales de Suisse, notamment le chœur Arsis, qu'il fonde et dont il assure la direction depuis 2006. Avec deux Master décernés par la Haute Ecole de Musique de Lausanne, tous deux obtenus avec la note maximale et des prix d'excellence, ainsi qu'un Diplom of advanced Studies en direction d'orchestre délivré par la Hochschule der Künste de Berne, Pierre-Fabien Roubaty est à la fois un chef et un pianiste reconnu. Comme chef de chant ou répétiteur, il a préparé des chœurs et des solistes pour de nombreuses productions d'opéra et d’oratorio. Il a en outre eu le privilège de travailler au contact de musicien·ne·s de renom, tels que Michel Corboz, Jean-Claude Malgoire, Raphaël Pichon, Marc Minkovski, Daniel Reuss, Christa Ludwig ou encore Ramón Vargas. En septembre 2019, Pierre-Fabien Roubaty est nommé directeur artistique et musical de l'Ensemble Vocal de Lausanne.

 

 

Annaëlle Désert commence la musique très jeune à la maîtrise de l’opéra de Lyon, puis étudie le violon au conservatoire à rayonnement régional. Elle intègre ensuite en 2008 la classe de chant de Claire Marbot. Elle obtient en parallèle de ses études musicales un Bachelor de Biologie – biochimie à l’Université Catholique de Lyon en 2013. La même année, elle intègre la HEM Lausanne dans la classe de Christian Immler puis de Hiroko Kawamichi, où elle obtient son Master en Interprétation. Afin de poursuivre sa formation et de se perfectionner en musique ancienne, tant dans sa connaissance des styles que de sa technique vocale, Annaëlle intègre en septembre 2018 la Schola Cantorum Basiliensis  dans la classe de Rosa Dominguez.

Passionnée par le monde choral, elle chante régulièrement avec l’Ensemble Vocal de Lausanne sous la direction Pierre Fabien Roubaty et de Daniel Reuss et fonde en 2018 l’ensemble Tria Lumina constitué de 3 chanteuses professionnelles proposant, au sein d’un répertoire sacré, une rencontre entre musique baroque et contemporaine. Comme soliste, Annaëlle a eu l’occasion de chanter dans des oratorios ou œuvres sacrées notamment sous la direction de L. Garcia Alarcon, JC. Fasel, ML. Tesseidre.

 

 

Ludmila Schwartzwalder est une mezzo-soprano française, diplômée d’un Master concert de la Haute École de Musique de Lausanne en 2021 (classe de Brigitte Balleys). Passionnée par les langues étrangères, elle est également diplômée d'un Bachelor en anglais, allemand et suédois.

Ludmila rejoint dès 2017 plusieurs chœurs professionnels dont l'Ensemble Vocal de Lausanne dirigé par Daniel Reuss puis Pierre-Fabien Roubaty, et l'ensemble féminin autogéré Diaphane.

En 2020, elle est finaliste du concours des Nuits lyriques de Marmande en France dans la catégorie mélodies. En tant que soliste, on a pu l’entendre en 2021 à l’Opéra de Lausanne dans l’opérette Dédé d’Henri Christiné (rôle de Maryse) ainsi que dans Così fan tutte de Mozart (rôle de Dorabella, co-production HEMU). En concert, elle aime chanter d’une part des créations de musique contemporaine et d’autre part de l’oratorio (Bach, Mozart, Haydn, Rossini). En décembre dernier, elle était alto solo dans le Magnificat de Bach au Concertgebouw d’Amsterdam sous la direction de Daniel Reuss avec le Nederlands Kamerorkest et la Cappella Amsterdam.

 

Enfant, Jonathan Spicher commence le chant comme soprano auprès de Marie-Françoise Schuwey au conservatoire de Fribourg. Il connaît ainsi ses premiers contacts avec la scène musicale. Il obtient un Bachelor à l’HEMU de Lausanne dans la classe de Michel Brodard puis un diplôme de “Master of arts in music performance »dans la classe de Scot Weir à la Musikhochschule de Zürich. Son éducation musicale est marquée par l'Ensemble Vocal de Lausanne dirigé par Michel Corboz avec qui il découvre les plus grandes oeuvres de la littérature musicale.Jonathan privilégie la musique baroque et se perfectionne auprès de Jill Feldman pendant deux ans. Il est reconnu comme Evangéliste dans les passions de Bach. Il se spécialise dans la voix de Haute-Contre à la Française et intègre Les Arts Florissants de William Christie. Il chante avec d'autres chefs tels que Leonardo Garcia Alarcon, Christophe Rousset, Sébastien Daucé, Emmanuelle Haïm, Lionel Meunier ou Raphaël Pichon. Son parcours musical l'amène à chanter régulièrement dans des lieux réputés tels que l'Opéra Garnier, l'Opéra Bastille, l'Opéra Comique, le Théâtre des Champs Elysées et la Philharmonie de Paris ainsi que le Château de Versailles. Ou encore le Teatro Colòn de Buenos aires, les Opéras de Rio, Sao Polo, le Teatro San Carlo de Naples. San oublier le Carnegie Hall et le MET de New-York, le Palaù de la Musica de Barcelone, Les Proms  et le Barbican de Londres, les Philharmonies d'Edimbourg, de Baden Baden ou le Palais des Congrès de Tokyo.

Quand à l'opéra, il est sur scène dans le rôle du Prince qui passe par là dans le voyage dans la lune (Offenbach) à l’Opéra de Fribourg ou encore Oronte dans Alcina (Haendel) avec Ouverture Opéra à Sion. Puis avec l'Opéra de Chambre de Genève où il tient le rôle de Mengone dans Lo Speziale (Haydn), à l'Opéra de Lausanne dans Lakmé(Delibes) dans le rôle d'Hadji. Il incarne plusieurs rôles Rossiniens tels qu'Arnold dans Guillaume Tell, Don Ramirodans La Cenerentola ou Almaviva dans Le Barbier de Séville. Parallèlement, Jonathan bénéficie d'une activité discographique importante avec des labels tels que Mirare ou Alpha.

 

Né à Fribourg, Jean-Luc Waeber fait ses études dans le Conservatoire de cette même ville et obtient un diplôme d’enseignement de la musique et du chant dans les écoles en 2002. C’est dans le cadre de cette formation qu’il étudie le piano, le violoncelle, la direction chorale et le chant. En 2005, il termine son certificat de chant dans la classe de Marie-Françoise Schuwey avant de rejoindre la classe professionnelle de Michel Brodard à la Haute Ecole de Musique de Lucerne et Lausanne (site Fribourg) où il obtient son diplôme d’enseignement du chant en juin 2009. Il se perfectionne ensuite auprès des Prof. Scot Weir et Siegfried Lorenz à Berlin.

Il chante régulièrement comme soliste ou choriste dans différents projets de l’Ensemble vocal Orlando (direction Laurent Gendre) ainsi que l’Ensemble vocal de Lausanne (direction Michel Corboz et Daniel Reuss), ce qui lui permet de se produire dans divers festivals en Suisse et à l’étranger. Accordant une place privilégiée au répertoire d’oratorio dont il a chanté les principales œuvres (de la Renaissance à la musique du 20ème siècle), il se produit également volontiers en récital notamment dans les « Kerner-Lieder » de Schumann, « Vier ernste Gesänge » de Brahms ou « Les Nuits d’été » de Berlioz. A la scène, il a interprété entre autres les rôles de De Verbois dans l'opéra « Fortunio » d'André Messager en 2008 et de Cesare dans « Viva la Mamma » de Donizetti en 2012 à l’Opéra de Fribourg. Il a participé à la reprise de cet opéra en 2014 à l’Opéra de Metz. Il a également interprété Masetto dans « Don Giovanni » de Mozart. Mais c’est avec l’Opéra à Bretelles (quatuor de chanteurs et accordéon) qu’il se produit le plus souvent dans des spectacles d’opéra et opérettes.

Egalement passionné de direction chorale et d’orchestre, il est élève régulier de la Fondation des Ateliers de direction d’orchestre – Eric Bauer à Genève de 1998 à 2002. Durant cette période, il a la chance de pouvoir diriger régulièrement diverses formations instrumentales.

Il dirige actuellement le Chœur de l’Université et des Jeunesses musicales de Fribourg ainsi que le Chœur paroissial d’Ecuvillens-Posieux et enseigne le chant au Conservatoire de Fribourg.

 

 

Arsis, l’élévation. C’est une 2006 que Pierre-Fabien Roubaty choisit ce terme grec d’une profonde signification, pour désigner le Chœur qu’il façonnera et guidera vers l’idéal de cet élan musical.

Le Chœur Arsis compte actuellement une quarantaine de jeunes chanteurs. Tout en ayant une prédilection pour les compositeurs des XVIIIe et XIXe siècles, le Chœur fait de régulières incursions dans des répertoires plus contemporains (B. Britten, L. Berstein, J. Rutter,…), sans négliger le patrimoine fribourgeois. Parmi les œuvres ambitieuses abordées par le chœur, lauréat du concours choral de Fribourg (prix du public et prix du jury) en 2011, citons Ein deutsches Requiem de Johannes Brahms, la Grande Messe en Ut de W.A. Mozart, le Magnificat et le motet Jesu, meine Freude de J.S. Bach.

En sus de choristes ayant pour la plupart un parcours au Conservatoire, un encadrement professionnel marqué est mis en place depuis plusieurs années. Une formation vocale et des poses de voix sont proposées à chaque registre, par Sophie Marilley (mezzo-soprano professionnelle) et Marie-Françoise Schuwey ; de la phonétique par Anthony di Giantomasso (prof. HEMU Lausanne). Par ailleurs chaque répétition du chœur est réalisée sous la conduite d’un chef professionnel, d’un co-répétiteur et d’une cheffe assistante, tous diplômés des Hautes Écoles de Musique suisses. Cet encadrement permet un développement du niveau musical reconnu. Régulièrement invité en Suisse et à l’étranger, le chœur chante notamment à Equilibre (Fribourg), au festival Musique des Lumières à Delémont, mais également au Dom de Salzburg, à la Basilique Saint-Pierre de Rome, ou encore à la basilique Santa Maria Novella de Florence. Il collabore également avec l’orchestre de chambre fribourgeois (OCF) en 2017, ainsi qu’avec l’Ensemble de la Schola de Sion en 2018. En juin 2019, le chœur Arsis a eu le privilège d’inviter l’illustre chef de Chœur Daniel Reuss, pour un concert regroupant des œuvres de J. Brahms, F. Mendelssohn, A. Schnittke ainsi que A. Pärt. Il enregistre des pièces connues à son répertoire ainsi que des œuvres inédites et commandées pour l’occasion aux compositeurs fribourgeois Etienne Crausaz et Henri Baeriswyl.

 

Photo Sabine Burger

Musique des Lumières

Fondé en 2004 dans le cadre des Saisons Musique des Lumières, la formation est rapidement devenue un acteur culturel important du paysage culturel suisse. Depuis sa fondation, Facundo Agudin en assure la direction artistique et musicale.

L’ochestre Musique des Lumières (MdL) mène une approche transversale du répertoire, en se produisant régulièrement sur instruments d’époque et sur instruments modernes. Bien que la période baroque – classique soit au centre de son répertoire, MdL conduit régulièrement des productions lyriques et développe de nombreux projets de création contemporaine. En juin 2011, MdL et Agudin ont été invités par la Fondazione Giorgio Cini, pour créer El laberinto de Julio Viera, lors de l’inauguration du labyrinthe de Randoll Coate, inauguré dans les cloîtres de San Giorgio Maggiore, à Venise, en l’honneur de Jorge Luis Borges. Depuis 2012, MdL mène le projet Nuevo Tango Nuevo en collaboration avec Marcelo Nisinman, Pablo Ortiz, Julio Viera. En coopération avec le Centre Dürrenmatt Neuchâtel, MdL mène le programme “Dürrenmatt 2021”.

Depuis 2008, l’orchestre MdL a développé différents projets en collaboration avec le TOBS Théâtre Orchestre Bienne Soleure, Opera Obliqua, Kaserne Basel, Sinfonieorchester Basel, l’Opéra National de Pologne à Poznán, la Ricordi München, Universal Music Group, la RTS 2 Kultur, le Festival Stand’Eté, le Théâtre du Passage Neuchâtel, Lyrica Neuchâtel, le Théâtre de Vevey, le Théâtre de Fribourg, Le Granit scène nationale de Belfort, Orchestra Classica Italiana, Scuola di perfezzionamento musicale di Saluzzo, le Comité des Jeux d’hiver Torino, Centre Dürrenmatt Neuchâtel, ARCAL Paris, Espace Choral et le Basler Gesangverein. MdL enregistre avec la Radio Télévision Suisse pour les labels Oehms Classics, Neos Music et Doron. Depuis 2016, l’orchestre et Agudin sont des artistes du label IBS Classical (Grenade). Cette collaboration a désormais donné deux succès discographiques : « Bach Mirror » (NAXOS of America reportait 135’000 téléchargements trois mois après son lancement) et « Der kaiser von Atlantis » (premier enregistrement mondial de l’édition révisée par Lisandro Abadie, en coopération avec la Paul Sacher Stiftung). En 2020 la nouvelle série discographique Music & Literature s’ouvrira avec l’édition de « Generación Cortázar » (créations de Ortiz, Nisinman, Viera) et « Projet Dürrenmatt » (créations de Sontòn-Caflisch, Pflüger, Pérez-Ramírez et Gesseney-Rappo).

L’Orchestre Musique des Lumières est subventionné par la République et canton du Jura et par la Loterie Romande. Ses différents projets sont soutenus par la Conférence des présidents des organes de répartitions des bénéfices de la Loterie Romande, la commune du Noirmont, la Fondation suisse pour la culture Pro Helvetia, la Charlotte Kerr Dürrenmatt-Stiftung, la Fondation Nestlé pour l’art, la Fondation SUISA ainsi que par de nombreuses autres institutions.

Pour sa saison 20/21, l’orchestre MdL aura comme invités Ramón Vargas, André Gabetta, Marina Viotti, Rubén Amoretti, Lisandro Abadie, Bénédicte Tauran, Dilara Bastar, Nicole Brandolino. MdL et Facundo Agudín ont au programme deux nouvelles productions discographiques avec IBS Classical : « An English Garden » avec Marina Viotti et « Das Lied von der Erde » avec Ramón vargas et Dilara Bastar.

 

AVEC LE SOUTIEN DE
SPONSOR DE PROJET
SOUTIEN DE PROJET
COMMUNES PARTENAIRES
COLLABORATIONS ARTISTIQUES
PARTENAIRES ARTISTIQUES
COOPÉRATIONS
COLLABORATIONS