LE TANGO DU NOUVEL AN

02.01.22 | 17h30 | Théâtre du Jura, Delémont

PROGRAMME

Le concert

 

1ère partie

Pablo Ortiz : Tango y Milonga Mores Redux
Pablo Ortiz : Rocamadour
Roger Helou : Ella es asi
                          Que falta que me haces
                          Triumfal
                          Viejo porton

Maxime Point bandoneón
Orchestre Musique des Lumières

Facundo Agudin, direction

 

2ème partie (avec danse, à partir de 19h30)

Roger Helou Pièces Tango / Milonga
 Morena, Sus ojos, A mis viejos, El africano, tristeza marina, El monito, Caseron, Pequeña, Verano, La mariposa, Negracha, bis Becho

Maxime Point bandoneón
Orchestre Musique des Lumières
Roger Helou piano et direction

Production : Théâtre du Jura

Le Tango du Nouvel An. Un programme festif, s’adressant à tous les publics — mais en même temps un véritable projet participatif, ouvrant les portes du TdJ à une expérience vécue « de l’intérieur ». Les amateurs de tango (et les curieux !) pourront suivre les ateliers d’initiation proposés par le théâtre, en préparation du Grand Gala des Familles imaginé pour le dimanche 2 janvier 2022.

Dans un format « double », la soirée articule un bref concert présentant des œuvres inédites (le tango contemporain) avec un cours d’initiation au tango suivi d’une milonga avec orchestre en direct.

Roger Helou, piano

Passionné par la musique et la danse tango depuis l’âge de 18 ans, ce pianiste classique – depuis l’âge de dix ans – s’était pourtant, au départ, destiné à… l’orgue liturgique. Qu’il ira étudier, à la fin des années quatre-vingt-dix, au Conservatoire de Basel, en Suisse, avant d’être rattrapé par l’envoûtant attrait du tango. 

«En parallèle à mes études au conservatoire, j’ai fondé, en 2001, avec trois collègues, un quartette de tango qui se produisait dans de petites salles, des clubs, des milongas, ces bals spécifiques au tango qui commençaient à être en vogue partout en Europe.» Le succès de ce petit orchestre, déjà baptisé Silencio – du nom d’un titre de Gardel -, est tout de suite au rendez-vous. Mais Roger Hélou mettra trois ans avant d’abandonner totalement les musiques liturgiques des grandes orgues pour les airs sensuels des bandonéons! 

«Le tango est une musique mystérieuse, qui intéresse les musiciens classiques par ces mélanges bizarres qui la composent: musiques populaires écrites, compositions classiques et improvisation», indique le jeune homme. Qui rappelle qu’«il y a, tout à la fois, du folklore argentin, un peu de musique afro, la tradition du chant apportée par les émigrés italiens, le bandonéon, instrument aujourd’hui assimilé au tango, qui est à l’origine un instrument utilisé dans les chorales des églises en Allemagne et que les émigrés allemands ont introduit en Argentine.» 

Roger Hélou va s’y initier progressivement. «D’abord en imitant la musique de Piazzolla, qui est la plus proche des musiques classiques, puis en approfondissant les airs les plus anciens. Ceux des orchestres typiques des années quarante, l’époque d’or du tango, les plus propices à la danse», indique-t-il. C’est cette musique qu’il privilégie aujourd’hui dans le répertoire de Silencio. Du quartette des débuts, cette formation s’est élargie à une dizaine de membres pour former ce qu’on appelle un orchestre typique traditionnel de tango. Composé de musiciens argentins, suisses, uruguayens, italiens et américains, cet orchestre est désormais inscrit aux plus prestigieux festivals de tango. À son actif également trois CD, dont le dernier, intitulé En Las Almas (Dans l’âme), est déjà plébiscité par les aficionados libanais. Pour le plus grand bonheur de Roger Helou, libanais de sang et tango dans l’âme! 

Maxime Point. Bandonéon

Maxime est à l’aise autant en orchestre qu’en petite formation. Il est en constante recherche sur son art, sur le tango et sur les diverses formes d’improvisation… voire de composition.

Il aime la relation à la danse tango, aux danseurs, aux performances qui animent le musicien à devenir acteur, à développer un sens scénique, théâtral ou « happening ». Il affectionne le hors piste tout en gardant la touche traditionnelle. Sa soif de rencontre avec d’autres musiciens et univers artistiques, sa sensibilité au monde rendent son jeu touchant et rayonnant.

Né en 1983 au Puy en Velay, Maxime débute la musique à l’âge de 6 ans et commence l’accordéon à 7 ans. A 18 ans, lorsqu’il découvre le Tango et le Bandonéon sous le regard d’Hervé ESQUIS, cette musique et cet instrument résonnent en lui comme indispensables pour transmettre son art.

Il suit sa formation musicale au conservatoire de Saint-Étienne dans la classe d’accordéon de Philippe BOURLOIS, relations intenses entre les deux hommes, qui suit son parcours d’étudiant mais aussi d’artiste confirmé jusqu’à l’obtention de son DEM à l’unanimité, sa nomination de lauréat de l’année en 2009 sur l’ensemble des médaillés d’or et son perfectionnement en 2010.

Il participe aux Master Class d’artistes renommés tels que Daniel BREL (Bandonéon / Tango), William SABATIER  (Bandonéon / Tango), Marcel LOEFFLER  (Accordéon / Jazz) ou encore l’accordéoniste concertiste international Yuri SHISHKIN.

Maxime a joué en tant qu’accordéoniste dans la formation « DoÏna Quintet » pendant 4 ans, axée sur la musique improvisée, jazz, klezmer et tango. En mai 2011, ils sortent un album : « Cerno More ».

Habitué aux performances avec « Roulotte Tango », c’est avec la chorégraphe et danseuse Odile Gheysens / in-SENSO, qu’il voyage en Corée du Sud pour présenter une performance insolite et improvisée danse / musique : « PAVOT Tango Addict ».

Depuis 2006, il est bandonéoniste de « Roulotte Tango », sous la direction artistique de Julien BLONDEL, avec lequel il fait des tournées internationales (Allemagne, Turquie, Suisse, Italie, Espagne, Belgique, Russie, DOM TOM, Luxembourg etc…

Il fait partie de l’Orchestre « La Gran Tipica Paris » avec le pianiste Roger HELOU et se produit avec l’orchestre de tango très en vogue : « Silbando ».

Maxime fait partie du tout nouveau projet el « Cuarteto Entre Dos », destiné aux milongas et concerts (France, Pologne et Italie).

Maxime s’est produit en tant que soliste avec l' »Orchestre Symphonique de l’Opéra de Saint-Étienne » (Suite Punta Del Este – Astor Piazzolla).

Facundo Agudin

Un Argentin met le Jura sur orbite musicale. Le chef de l’orchestre jurassien Musique des Lumières s’est imposé comme un formidable entrepreneur culturel et passeur de ponts entre la Suisse et l’Argentine. Facundo Agudin a le contact facile et le verbe rapide. Il aime raconter des histoires de rencontres et les moments de sa vie qui ont été des bifurcations. Le chef d’orchestre argentin a beaucoup de tendresse pour sa deuxième patrie. Le Jura, ce canton situé loin des grands centres culturels, l’a adopté et a cru en sa vision de construire une saison musicale multisites. Puis encore un orchestre symphonique sous l’appellation Musique des Lumières, dont le rayonnement dépasse largement les frontières cantonales. Matthieu Chenal, 24 Heures, 2021

Un artiste éclectique. Chef d’orchestre suisse d’origine argentine, Facundo est un artiste éclectique qui promeut des compositeurs de différentes époques dans le monde entier. Nous le rencontrons à Bienne, où il vit actuellement. Il nous raconte son parcours, ses projets et sa vision de la production musicale en Suisse. Viriginie Eufemi, Le Regard Libre, 2020

Johann Simon Mayr: Demetrio, Re di Siria.  At Polish National Opera Poznan, Facundo Agudin’s detailed, sophisticated music rendering sounded vital and emphatic. » Karin Cooper, Orpheus, March 2012

War Requiem : one of the highest points of 2015.  A formidable rendering of Britten’s masterpiece : War Requiem at Buenos Aires’ new concert hall, the “Blue Whale”, thanks to Facundo Agudin, the National Symphony and Chorus, and three brilliant soloists. // M.Pollini, Ambito Financiero, 2015

BERLIOZ: Roméo et Juliette. “Berlioz himself wrote: It poses problems of every kind, problems inherent in the form and in the style and only to be solved by long and patient rehearsal, impeccably directed. Argentine-Swiss conductor Facundo Agudin impeccably directed with clarity and precision.”  Jonathan Spencer Jones, Seen & Heard International, 2016

Photo Sabine Burger

Musique des Lumières

Fondé en 2004 dans le cadre des Saisons Musique des Lumières, la formation est rapidement devenue un acteur culturel important du paysage culturel suisse. Depuis sa fondation, Facundo Agudin en assure la direction artistique et musicale.

L’ochestre Musique des Lumières (MdL) mène une approche transversale du répertoire, en se produisant régulièrement sur instruments d’époque et sur instruments modernes. Bien que la période baroque – classique soit au centre de son répertoire, MdL conduit régulièrement des productions lyriques et développe de nombreux projets de création contemporaine. En juin 2011, MdL et Agudin ont été invités par la Fondazione Giorgio Cini, pour créer El laberinto de Julio Viera, lors de l’inauguration du labyrinthe de Randoll Coate, inauguré dans les cloîtres de San Giorgio Maggiore, à Venise, en l’honneur de Jorge Luis Borges. Depuis 2012, MdL mène le projet Nuevo Tango Nuevo en collaboration avec Marcelo Nisinman, Pablo Ortiz, Julio Viera. En coopération avec le Centre Dürrenmatt Neuchâtel, MdL mène le programme “Dürrenmatt 2021”.

Depuis 2008, l’orchestre MdL a développé différents projets en collaboration avec le TOBS Théâtre Orchestre Bienne Soleure, Opera Obliqua, Kaserne Basel, Sinfonieorchester Basel, l’Opéra National de Pologne à Poznán, la Ricordi München, Universal Music Group, la RTS 2 Kultur, le Festival Stand’Eté, le Théâtre du Passage Neuchâtel, Lyrica Neuchâtel, le Théâtre de Vevey, le Théâtre de Fribourg, Le Granit scène nationale de Belfort, Orchestra Classica Italiana, Scuola di perfezzionamento musicale di Saluzzo, le Comité des Jeux d’hiver Torino, Centre Dürrenmatt Neuchâtel, ARCAL Paris, Espace Choral et le Basler Gesangverein. MdL enregistre avec la Radio Télévision Suisse pour les labels Oehms Classics, Neos Music et Doron. Depuis 2016, l’orchestre et Agudin sont des artistes du label IBS Classical (Grenade). Cette collaboration a désormais donné deux succès discographiques : « Bach Mirror » (NAXOS of America reportait 135’000 téléchargements trois mois après son lancement) et « Der kaiser von Atlantis » (premier enregistrement mondial de l’édition révisée par Lisandro Abadie, en coopération avec la Paul Sacher Stiftung). En 2020 la nouvelle série discographique Music & Literature s’ouvrira avec l’édition de « Generación Cortázar » (créations de Ortiz, Nisinman, Viera) et « Projet Dürrenmatt » (créations de Sontòn-Caflisch, Pflüger, Pérez-Ramírez et Gesseney-Rappo).

L’Orchestre Musique des Lumières est subventionné par la République et canton du Jura et par la Loterie Romande. Ses différents projets sont soutenus par la Conférence des présidents des organes de répartitions des bénéfices de la Loterie Romande, la commune du Noirmont, la Fondation suisse pour la culture Pro Helvetia, la Charlotte Kerr Dürrenmatt-Stiftung, la Fondation Nestlé pour l’art, la Fondation SUISA ainsi que par de nombreuses autres institutions.

Pour sa saison 20/21, l’orchestre MdL aura comme invités Ramón Vargas, André Gabetta, Marina Viotti, Rubén Amoretti, Lisandro Abadie, Bénédicte Tauran, Dilara Bastar, Nicole Brandolino. MdL et Facundo Agudín ont au programme deux nouvelles productions discographiques avec IBS Classical : « An English Garden » avec Marina Viotti et « Das Lied von der Erde » avec Ramón vargas et Dilara Bastar.

 

AVEC LE SOUTIEN DE
SPONSOR DE PROJET
SOUTIEN DE PROJET
COMMUNES PARTENAIRES
COLLABORATIONS ARTISTIQUES
PARTENAIRES ARTISTIQUES
COOPÉRATIONS
COLLABORATIONS