Le voyage
Bach Nº5

24 novembre 2019 – 17h

Ancienne Église, Le Noirmont
Entrée libre

Hans Leo Hassler
Vater unser im Himmelreich

Johann Sebastian Bach
Mache dich, mein Geist, bereit BWV 115

Antonio Vivaldi
Concerto pour violoncelle piccolo RV 414

Jeanne Dumat soprano
Éléonore Gagey alto
Daniel Issa ténor
Martin Pulver baryton
Bruno Hurtado violoncelle piccolo

Chœur des Emibois
Pierre-Laurent Haesler chef de chœur

Orchestre Musique des Lumières
Facundo Agudin direction

Jeanne Dumat

Jeanne Dumat commence le chant lyrique dès l’âge de 10 ans en intégrant la Maîtrise de Radio France. Elle se produit alors sous la direction de Kurt Masur, Riccardo Muti. Après avoir fini son cursus elle est rappelée plusieurs fois par Sofi Jeannin pour participer aux concerts de la maîtrise mais en tant que soliste : entre autre dans le Septuor pour cordes vocales et instrumentales d’André Caplet dirigé par Sofi Jeannin avec l’Orchestre de Chambre de Radio France à l’Auditorium de Radio France. Elle est aussi invitée plusieurs fois dans le cadre du Festival de la Basilique Saint Denis.

En 2017, elle intègre le Schweizer Opernstudio de la Haute Ecole de Bern qu'elle réussit à l'unanimité et Félicitation du Jury en Juin 2019. Elle a été lauréate de la Finale Suisse du Concours Voix Nouvelles 2018, et boursière lauréate 2019 de la Fondation Hirschmann.

Sensibilisée très jeune avec Radio France à la musique contemporaine, elle crée plusieurs rôles opératiques dans des créations mondiales : le 2ème Ange dans Ursule 1.1 de Morgan Jourdain dirigé par Goeffroy Jourdain au Grand Théâtre de Quimper, Olga dans Pion prend tour en D9 de Bruno Giner au Théâtre de la MPAA. Elle participe aussi à la création de l’oeuvre sacrée de Julien Joubert Stabat Mater en tant que “5e voix” au Théâtre de Dax.

Jeanne fait ses débuts sur scène avec le Festival des Escales Lyriques de l’Ile d’Yeu dans les Nozze di Figaro de Mozart dans le rôle de Barbarina, avec une mise en scène de Joel Lauwers. Jeune lauréate de l’Académie des Frivolités Parisiennes, elle interprète le personnage de Lélio dans Bonsoir, Monsieur Pantalon de Albert Grisar au Théâtre de l’Européen à Paris. En Juin 2016 elle se produit sur la scène de l’Opéra de Dijon dans La Clemenza di Tito de Mozart avec le rôle de Servilia. En septembre 2018, elle fait ses débuts dans le rôle de Clorinda dans La Cenerentola de Rossini sous la direction de Franco Trinca à l’Opéra de Bienne-Soleure puis dans le rôle de Clarice dans Il Mondo della Luna de Piccini.

Ces deux dernières années elle est invitée plusieurs fois avec sa pianiste Aoko Soga à se produire dans des petits festivals dans le cadre de Récital Jeune Talent, notamment au Festival d’été en musique de Châtenay Malabry, au Festival Été Musical de Dinan, proposant en programme un original mélange de mélodie française et de variété française (Barbara, Aznavour, Brel).

Eléonore Gagey

Eléonore Gagey commence la musique dès son plus jeune âge en apprenant la flute traversière. Pendant 10 ans, elle fait partie du Jeune choeur d'Ile de France, sous la direction de Francis Bardot, avec lequel elle réalise ses premières expériences de soliste. Parallèlement à ses études de sage-femme, elle étudie le chant auprès de Sophie Fournier et obtient son DEM de chant lyrique à Paris avec les félicitations du jury.

Après avoir obtenu son diplôme de sage-femme en 2013, Eléonore décide de se consacrer pleinement au chant. Elle obtient son diplôme de Bachelor à la Haute école de musique de Lausanne en 2018 dans la classe de Hiroko Kawamichi et se perfectionne actuellement auprès de Malcolm Walker et Brigitte Balleys. Mezzo-soprano, Eléonore Gagey a chanté les rôles de la 3ème dame dans La flûte enchantée de Mozart avec la troupe « Opera e mobile », de Mère Jeanne de l'enfant Jésus dans Le Dialogue des Carmélites de Poulenc et très récemment le rôle de Cherubin dans les noces de Figaro de Mozart sous la direction de Leonardo Garcia Alarcon.

Eléonore se consacre également au répertoire sacré et participe à de nombreux concerts en tant que soliste pour la saison 2018-2019 sous la direction de Facundo Agudin, Renaud Bouvier et Nicolas Reymond. Eléonore chantera en Avril prochain le rôle de l’elfe dans Le songe d’une nuit d’été de Felix Mendelssohn avec l’OCL sous la direction de Joshua Weilerstein.

Daniel Issa

Le ténor Daniel Issa est né et a grandi au Brésil. Parallèlement à ses études en architecture à l’université de São Paulo, il a étudié le chant auprès d’Eiko Senda et Adélia Issa et a poursuivi sa formation musicale à la Schola Cantorum Basiliensis et à la Haute Ecole de Musique de Lucerne.

Il a aussi suivi de nombreuses masterclasses, notamment avec Andrew King, Sherman Lowe, Hans Peter Blochwitz, et Margreet Honig et a été sollicité comme soliste dans nombreuses productions d'opéra, telles que "The Fairy Queen" et "Médée" au Théâtre de Bâle, "La Sonnambula" à Bienne, "Le Nozze di Figaro" en Moutier, ainsi que dans des pièces contemporaines telles que "Romulus der Grosse" de Andreas Pflüger au Théâtre du Passage de Neuchâtel et "Lunea" de Heinz Holliger à l'Opéra de Zurich. En concert, il chante souvent des Passions de Bach comme évangeliste, et des oeuvres de Haendel, Buxtehude, Schütz, Monteverdi, Stravinsky et autres. 

Il a enregistré plusieurs CDs avec ORF, Deutsche Harmonia Mundi, Pan Classics, Arcophon et Disque Office Classique.

Martin Pulver

 

Le choriste Martin Pulver s'engage dès son adolescence dans différentes formations de musique classique.
En 1990 il entre dans le Sonderchor Stadttheater Bern et quelques temps plus tard dans le Choeur du TOBS (Théâtre Orchestre Bienne Soleure). Au TOBS on lui confie quelques petits rôles comme "Carceriere" (Tosca), "Luther" (Les Contes d'Hoffmann), "Araspe" (Didon), "Usciere" (Rigoletto), "Diener" (Land des Lächelns) ou encore "Pinellino" (Gianni Schicchi).
Lors du festival Standété à Moutier en 2015, il chante le Marchese (Traviata).

 

Bruno Hurtado Gosalvez - violoncelle
Bruno Hurtado Gosalvez est né à Barcelone en Espagne, dans une famille de musiciens. Il a vécu au contact de toutes sortes de styles musicaux grâce à son père compositeur, pianiste de jazz et professeur d’harmonie, et grâce à sa mère professeur de musique et chanteuse. À 7 ans, Bruno commence à étudier le violoncelle, le piano et la théorie musicale au Conservatoire Professionnel de Musique de Badalona avec Mark Friedhoff et après au Conservatoire del Liceu avec Peter Thiemann.
 
Après avoir été lauréat d’une bourse d’étude décernée par la Société Paul Casals et par la Generalitat de Catalunya, il continue ses études à la Zürcher Hochschule der Künste (Haute École des Arts de Zurich) où il obtient son Bachelor dans la classe de Roel Dieltiens. Il obtient ensuite son Master à la Hochschule der Künste (Haute École des Arts) de Berne (Suisse), où il a étudié le violoncelle avec Louise Hopkins et la viole de gambe avec Brian Franklin. Son intéresse per la musique ancienne le porte a entamer des études de viole de gambe à la Musikhochschule de Trossingen dans la classe de Lorenz Dutfschmid.
 
Bruno joue dans de nombreux ensembles de musique de chambre tels que Le Parlement de Musique (Martin Gester), Armonico Tributo Austria (Lorenz Duftschmid) , Zefiro (Alfredo Bernardini), La Grande Chapelle (Albert Recasens) Ad Fontes (Mojca Gal), El Gran Teatro del Mundo ou The Queen’s Revel.Son intérêt pour la musique électronique l’a conduit à collaborer avec des artistes internationalement connus comme DJ Swet.
 
Bruno a aussi réalisé le premier enregistrement historique des concertos de Mozart dans l’arrangement pour musique de chambre de J.K. HUMMEL, avec le pianofortiste et chercheur Leonardo Miucci, pour le label Dynamic. Il a enregistré son propre arrangement pour deux violoncelles des Suites pour violoncelle de Bach avec CEZANNE Producciones avec le violoncelliste Rene Camacaro.
Facundo Agudin

Un Argentin met le Jura sur orbite musicale. Le chef de l’orchestre jurassien Musique des Lumières s’est imposé comme un formidable entrepreneur culturel et passeur de ponts entre la Suisse et l’Argentine. Facundo Agudin a le contact facile et le verbe rapide. Il aime raconter des histoires de rencontres et les moments de sa vie qui ont été des bifurcations. Le chef d’orchestre argentin a beaucoup de tendresse pour sa deuxième patrie. Le Jura, ce canton situé loin des grands centres culturels, l’a adopté et a cru en sa vision de construire une saison musicale multisites. Puis encore un orchestre symphonique sous l’appellation Musique des Lumières, dont le rayonnement dépasse largement les frontières cantonales. Matthieu Chenal, 24 Heures, 2021

Un artiste éclectique. Chef d’orchestre suisse d’origine argentine, Facundo est un artiste éclectique qui promeut des compositeurs de différentes époques dans le monde entier. Nous le rencontrons à Bienne, où il vit actuellement. Il nous raconte son parcours, ses projets et sa vision de la production musicale en Suisse. Viriginie Eufemi, Le Regard Libre, 2020

Johann Simon Mayr: Demetrio, Re di Siria.  At Polish National Opera Poznan, Facundo Agudin’s detailed, sophisticated music rendering sounded vital and emphatic. » Karin Cooper, Orpheus, March 2012

War Requiem : one of the highest points of 2015.  A formidable rendering of Britten’s masterpiece : War Requiem at Buenos Aires’ new concert hall, the “Blue Whale”, thanks to Facundo Agudin, the National Symphony and Chorus, and three brilliant soloists. // M.Pollini, Ambito Financiero, 2015

BERLIOZ: Roméo et Juliette. “Berlioz himself wrote: It poses problems of every kind, problems inherent in the form and in the style and only to be solved by long and patient rehearsal, impeccably directed. Argentine-Swiss conductor Facundo Agudin impeccably directed with clarity and precision.”  Jonathan Spencer Jones, Seen & Heard International, 2016

Photo Sabine Burger

Musique des Lumières

Fondé en 2004 dans le cadre des Saisons Musique des Lumières, la formation est rapidement devenue un acteur culturel important du paysage culturel suisse. Depuis sa fondation, Facundo Agudin en assure la direction artistique et musicale.

L’ochestre Musique des Lumières (MdL) mène une approche transversale du répertoire, en se produisant régulièrement sur instruments d’époque et sur instruments modernes. Bien que la période baroque – classique soit au centre de son répertoire, MdL conduit régulièrement des productions lyriques et développe de nombreux projets de création contemporaine. En juin 2011, MdL et Agudin ont été invités par la Fondazione Giorgio Cini, pour créer El laberinto de Julio Viera, lors de l’inauguration du labyrinthe de Randoll Coate, inauguré dans les cloîtres de San Giorgio Maggiore, à Venise, en l’honneur de Jorge Luis Borges. Depuis 2012, MdL mène le projet Nuevo Tango Nuevo en collaboration avec Marcelo Nisinman, Pablo Ortiz, Julio Viera. En coopération avec le Centre Dürrenmatt Neuchâtel, MdL mène le programme “Dürrenmatt 2021”.

Depuis 2008, l’orchestre MdL a développé différents projets en collaboration avec le TOBS Théâtre Orchestre Bienne Soleure, Opera Obliqua, Kaserne Basel, Sinfonieorchester Basel, l’Opéra National de Pologne à Poznán, la Ricordi München, Universal Music Group, la RTS 2 Kultur, le Festival Stand’Eté, le Théâtre du Passage Neuchâtel, Lyrica Neuchâtel, le Théâtre de Vevey, le Théâtre de Fribourg, Le Granit scène nationale de Belfort, Orchestra Classica Italiana, Scuola di perfezzionamento musicale di Saluzzo, le Comité des Jeux d’hiver Torino, Centre Dürrenmatt Neuchâtel, ARCAL Paris, Espace Choral et le Basler Gesangverein. MdL enregistre avec la Radio Télévision Suisse pour les labels Oehms Classics, Neos Music et Doron. Depuis 2016, l’orchestre et Agudin sont des artistes du label IBS Classical (Grenade). Cette collaboration a désormais donné deux succès discographiques : « Bach Mirror » (NAXOS of America reportait 135’000 téléchargements trois mois après son lancement) et « Der kaiser von Atlantis » (premier enregistrement mondial de l’édition révisée par Lisandro Abadie, en coopération avec la Paul Sacher Stiftung). En 2020 la nouvelle série discographique Music & Literature s’ouvrira avec l’édition de « Generación Cortázar » (créations de Ortiz, Nisinman, Viera) et « Projet Dürrenmatt » (créations de Sontòn-Caflisch, Pflüger, Pérez-Ramírez et Gesseney-Rappo).

L’Orchestre Musique des Lumières est subventionné par la République et canton du Jura et par la Loterie Romande. Ses différents projets sont soutenus par la Conférence des présidents des organes de répartitions des bénéfices de la Loterie Romande, la commune du Noirmont, la Fondation suisse pour la culture Pro Helvetia, la Charlotte Kerr Dürrenmatt-Stiftung, la Fondation Nestlé pour l’art, la Fondation SUISA ainsi que par de nombreuses autres institutions.

Pour sa saison 20/21, l’orchestre MdL aura comme invités Ramón Vargas, André Gabetta, Marina Viotti, Rubén Amoretti, Lisandro Abadie, Bénédicte Tauran, Dilara Bastar, Nicole Brandolino. MdL et Facundo Agudín ont au programme deux nouvelles productions discographiques avec IBS Classical : « An English Garden » avec Marina Viotti et « Das Lied von der Erde » avec Ramón vargas et Dilara Bastar.

 

Ancienne Église, Le Noirmont

AVEC LE SOUTIEN DE
SPONSOR DE PROJET
SOUTIEN DE PROJET
COMMUNES PARTENAIRES
COLLABORATIONS ARTISTIQUES
PARTENAIRES ARTISTIQUES
COOPÉRATIONS
COLLABORATIONS