Le voyage
Bach Nº7

08 mars 2020 – 17h

Ancienne Église, Le Noirmont
Entrée libre

Johann Sebastian Bach
Du Hirte Israel, höre BWV 104

Georg Philipp Telemann
Concerto pour 3 hautbois et 3 violons TWV 44:43

Valerio Contaldo ténor
Lisandro Abadie basse

Espace Choral
Riccardo Bovino
chef de chœur

Orchestre Musique des Lumières
Facundo Agudin direction

Valerio Contaldo

Né en Italie, Valerio Contaldo grandit en Valais. Il obtient un Diplôme de Concert à la HEM de Lausanne dans la classe de chant de Gary Magby.

Finaliste du concours Bach de Leipzig en 2008, il s’est produit en concert notamment au Carnegie Hall de New York, au Musikverein de Vienne, aux festivals de Beaune, Ambronay, à la Mozartwoche de Salzbourg, aux Folles Journées de Nantes, Bilbao, Varsovie et Tokyo et à l’opéra, sur les scènes de l’Opéra de Paris, du Théâtre des Champs Elysées, de l’Opéra Comique, des théâtres de Bienne/Soleure, de l’Opéra de Nice, de l’Opéra de Bordeaux, du Teatro La Fenice de Venise, ainsi qu’aux Festivals d’Edimbourg et d’Aix-en-Provence.

Tout au long de l’année 2017, il a eu la chance d’interpréter le rôle ritre dans L’Orfeo de Monteverdi, avec Concerto Italiano (R. Alessandrini) à Barcelone, Adelaide, Shanghai et Pékin, ainsi qu’avec la Cappella Mediterranea (L. García Alarcón) à Bruxelles, Rotterdam, Paris (Festival Saint-Denis), et en tournée en Amérique du Sud (Teatro Colón de Buenos Aires, Rio de Janeiro, São Paulo).

Il travaille sous la direction de chefs tels que: Marc Minkowski, Ivàn Fischer, Michel Corboz, William Christie, Rinaldo Alessandrini, John Nelson, Leonardo García Alarcón, Franco Trinca, Philippe Pierlot, Stephan MacLeod…

Plusieurs enregistrements pour les labels Outhere, Erato, Naive, Sony, Mirare, Ambronay, Claves documentent son travail.

Pascale van Coppenolle

 

 

Pascale Van Coppenolle, de nationalité Belge est née à Tokio. Elle a grandi dans unenvironnement familial propice aux arts, son père jouant du piano et de l’orgue. Bien qu’elle reçoive sa première éducation musicale à Londres, ce n’est qu’après le baccalauréat qu’elle entreprend des études d’orgue au Conservatoire Royal de Liège,  sous l’impulsion d’Hubert Schoonbroodt. Elle y obtient de nombreux prix dans diverses branches musicales, dont le prix Gustave Deruyts et le diplôme supérieur d’orgue avec grande distinction. Elle enrichit sa formation auprès de maîtres comme André Isoir, Bernard Lagacé, Luigi Ferdinando Tagliavini, Harald Vogel et Xavier Darasse.

Pédagogue reconnue, elle a approfondi l’écriture musicale avec le professeur Friedrich Jaecker à la Hochschule für Musik de Cologne, où son diplôme obtenu avec brio fut l’occasion d’un mémoire original sur l’emploi de l’orgue dans la musique contemporaine.

Pendant une vingtaine d’années, elle déploie une intense activité pédagogique en Belgique et au Luxembourg, tant dans le domaine de l’orgue que dans celui de la théorie, innovant dans la pédagogie des cours d’écriture. Parallèlement, elle mène une carrière de concertiste en soliste (Luxembourg, Belgique, France, Pays-Bas, Allemagne, USA, Brésil, Japon, Pologne, Irlande, Italie, Suisse) ou dans des ensembles, tout en organisant des cycles de concerts à l’orgue historique de 1693 de l’église des Trinitaires de Vianden au Luxembourg, dont elle sera titulaire pendant 13 ans. Elle a mis sur pied le festival transfrontalier « Musiques au temps des Trinitaires » (« Musik zur Zeit der Trinitarier ») retraçant l’histoire de cet ordre religieux peu connu dans la région frontalière entre le Luxembourg, l’Allemagne et la Belgique.

Pascale Van Coppenolle a valorisé les instruments historiques baroques du Luxembourg. Ses études à ce sujet ont trouvé accueil jusqu’au Japon (Organ Kenkyu), et se sont incarnées dans une série de quatre CD qui ont trouvé un large écho dans la presse internationale spécialisée.

Elle impressionne par son jeu vif, détaillé et souple ainsi que son art raffiné et inventif de la registration. Pascale Van Coppenolle propose des programmes originaux présentant aussi des compositeurs moins connus, n’hésitant pas à mêler le passé et le présent et à développer des thèmes enrichissants. Depuis quelques années, elle fait connaître les compositrices pour orgue du XVIIè au XXè siècle. Son répertoire s’étend sur six siècles de musique, avec une prédilection pour la musique ancienne.

Depuis août 2007, elle est organiste au Temple Allemand de Bienne (Suisse) et professeure à la Haute Ecole des Arts de Berne.

Ouverte au dialogue entre les arts, elle marie dans ses « Musiques du Soir » à Bienne la musique d’orgue – qu’elle soit composée par les grands maîtres ou improvisée librement – avec le texte, la pantomime, la sculpture ou la danse pour ne citer que quelques-uns des alliages possibles.

Passionnée par les recherches et les réalisations de son prédecesseur Daniel Glaus pour promouvoir et construire un orgue à vent « dynamique », elle a soutenu la réalisation du nouvel orgue Metzler au Temple Allemand de Bienne, inédit sur le plan international, qui réunit l’orgue traditionnel de 3 claviers à un 4ème clavier à vent dynamique.

Sa discographie présente entre autres les orgues historiques du Grand-Duché de Luxembourg (XVIIème et XVIIIème siècles) dans des programmes à thème comme par exemple « Le Luxembourg entre le monde latin et germanique » ou l’œuvre d’orgue de Louis Marchand. De nombreux commentaires élogieux émanent de la part de professionnels du métier dans différents pays d’Europe ainsi qu’aux USA et au Canada.

 

Facundo Agudin

Chef d’orchestre suisse-argentin, Facundo Agudin se forme à Buenos Aires, puis réalise des études de post-grade à la Schola Cantorum Basiliensis et chante au sein du Schweizer Kammerchor sous la direction de Valery Gergiev, Claudio Abbado, Armin Jordan, Simon Rattle. En 2007, il remporte le Premier Prix au Colin Metters Seminar à Saint-Pétersbourg. Facundo a fait ses débuts au Théâtre Mariinsky de Saint-Pétersbourg avec Faust en 2015. Il collabore, parmi d’autres artistes, avec Giuliano Carmignola, Ramon Vargas, Pedro Memelsdorff, Sergio Tiempo, Philippe Bianconi, Sara Mingardo.

Basé en Suisse, Agudin est directeur de Musique des Lumières et collabore avec Festival Ljubljana, Enescu Festival, Maggio Musicale Fiorentino, Théâtre Mariinsky, RTV Slovenian, Prague Chamber Orchestra, TOBS Bienne, Sinfonieorchester Basel, Basel Sinfonietta, Orchestre de Cannes et de Besançon, CRT Torino, Teatr Wielki Poznan – Opéra National de Pologne, Opéra National d’Arménie, Teatro Colón, Symphonique National d’Argentine, Symphonique de Córdoba. Il est directeur du programme Sinfónica Patagonia (Université Nationale de Río Negro), professeur invité à l’Université Nationale des Arts, directeur de projet à l’Université des Arts Tirana et président du jury du CIML Concours de Lausanne.

Musique des Lumières

L’Orchestre Musique des Lumières, que Facundo Agudin dirige depuis ses débuts en 2001, mène une activité symphonique qui occupe depuis plusieurs années une place importante sur le paysage culturel suisse. Dans un approche transversale du répertoire, l’originalité de ses productions est régulièrement saluée par la critique internationale et attire le regard de musicologues de prestige.

Depuis 2008, l’Orchestre Musique des Lumières a développé différents projets en collaboration avec Fondazione Giorgio Cini, Centre Dürrenmatt Neuchâtel, Biennale Neue Musik Chur, TOBS Théâtre Orchestre Bienne Soleure, Opera Obliqua, Kaserne Basel, l’Opéra National de Pologne à Poznán, Ricordi München, Universal Music Group, IRTS 2 Kultur, Festival Stand’Eté, Théâtre du Passage et Lyrica Neuchâtel, Théâtre de Vevey, Théâtre de Fribourg, la Scène nationale de Belfort, Orchestra Classica Italiana, le Comité des Jeux d’hiver Torino, ARCAL Paris.

L’Orchestre Musique des Lumières est soutenu par la République et canton du Jura et la Loterie Romande. Ses différents projets sont accompagnés par la Fondation suisse pour la culture Pro Helvetia, la Charlotte Kerr Dürrenmatt-Stiftung, la Fondation Nestlé pour l’art, la fondation SUISA, la Fondation Dénéréaz parmi d’autres institutions.

Ancienne Église, Le Noirmont

AVEC LE SOUTIEN DE
PARTENARIATS
COLLABORATIONS