LES NOUVELLES NATIONS

31.11.21 | 17h00 | Stadtkirche-Temple Allemand, Biel-Bienne

PROGRAMME

Tomás Luis de Victoria(1548-1611) Taedet animam meam
Pablo Ortiz (1956) Victoria Redux (création MdL 2021)
Interlude (orgue seul)
Johann Sebastian Bach (1685-1750) Concerto pour hautbois d’amour BWV 1055 
Interlude (orgue seul)
Georg Philipp Telemann (1681-1767) « Les Nations » Ouverture-Suite TWV 55: B5

Nathalie Gullung hautbois d’amour

Pascale van Coppenolle orgue

Orchestre Musique des Lumières 

Facundo Agudin direction

Billetterie MdL : www.seetickets.ch 

Réservations : accueil@musiquedeslumieres.com,  +41 79 577 20 03 

 

Production Musique des Lumières

Collaboration : Reformierte Kirchgemeinde Biel, Freudeskreis der Orgelabende Biel

Bienne Baroque : Das erste Konzert!

Une nouvelle « scène baroque » est en train de naître dans une emplacement de rêve : le centre historique de Biel-Bienne. Au cœur de la Vieille Ville se trouve la Stadtkirche- Temple Allemand. Son acoustique remarquable et ses trois orgues accueilleront des concerts d’un nouveau type — nous vous en tiendrons informés !

Après les succès rencontrés lors du live-streaming de Pâques 2021 et des concerts donnés dans le cadre des Concerts de St-Germain à Genève, le programme « Les nouvelles Nations » sera présenté pour la première fois au public biennois.

Trois œuvres à découvrir. La collaboration entre Musique des Lumières et le compositeur américain-argentin Pablo Ortiz propose aujourd’hui Victoria Redux, composée en 2020 pour Musique des Lumières et Facundo Agudin (création en avril 2021). Il s’agit d’une intervention harmonique – rythmique apportée au mouvement d’introduction du célèbre Requiem à six voix de Tomás Luis de Victoria. Le style de Pablo Ortiz est déjà bien connu du public de Musique des Lumières, qui était à l’origine de plusieurs commandes d’œuvres depuis la naissance du projet Nuevo Tango Nuevo, en 2012. (Son Rocamadour ouvre la nouvelle production discographique Generación Cortázar, dont nous parlerons plus bas). À Biel-Bienne, une création mondiale d’Ortiz a séduit le public lors du spectacle Américas !, présenté dans le cycle d’abonnement du TOBS Théâtre Bienne Soleure, en avril 2018.

Mais au centre du triptyque Les Nouvelles Nations se trouve le lumineux Concerto pour hautbois d’amour BWV 1055 en la majeur, de Jean-Sébastien Bach. Facundo Agudin décrit son choix : « Je suis heureux de retourner à la musique de Bach régulièrement en compagnie de mes collègues de l’orchestre Musique des Lumières. Au fil des saisons, nous avons tissé un lien particulier entre nous, en tant qu’ensemble — et cela a été possible, en grande partie, grâce à Bach. En cette occasion, c’est un bonheur pour moi (pour nous tous !) d’accompagner notre superbe hautbois solo, Nathalie Gullung, une artiste subtile, précise, généreuse, avec un vrai rapport au son. »

En troisième partie du programme, et comme coup d’envoi vers une future “Bienne Baroque”, Musique des Lumières interprétera la Suite « Les Nations » de Georg-Philipp Telemann. Le grand musicologue français Gilles Cantagrel y fait ainsi référence : « L’intérêt de Telemann le mène à connaître toutes les musiques de l’Europe de son temps. Italienne, évidemment, anglaise, espagnole, écossaise et, bien sûr, cette musique française qu’il connaît admirablement. François Couperin en faisait autant à la même époque avec ses propres Nations, mais ce sont plusieurs suites consacrées à divers pays que compose Telemann. Dans son Ouverture-Suite « Les Nations » TWV 55:B5, il élargit considérablement l’horizon de Couperin, puisque son cadre géographique le mène au-delà de l’Europe occidentale, avec les Moscovites et les Turcs, qui n’auront été repoussés des terres danubiennes que depuis quelques décennies seulement, après une longue occupation. La France y est bien représentée, avec l’Ouverture et le Menuet. Les Turcs sont ici représentés par un grand vacarme propre à semer la panique, les Suisses profilent quelques armaillis chantant et dansant, les Moscovites sont campés dans un morceau très étrange sur un bourdon de trois notes, les Portugais dansent gaiement, avant que ne se succèdent, appartenant à toutes les nations, boiteux et coureurs… »

Nathalie Gullung
Nathalie Gullung

 

Nathalie Gullung est originaire de Neuchâtel, où elle a vécu jusqu’à l’obtention de sa maturité fédérale. Elle s’envole ensuite pour Montréal, où elle étudie la philosophie parallèlement à des études de hautbois au Conservatoire du Québec à Montréal. Craignant de s’éloigner trop de l’esthétique de la vieille Europe, elle abrège son séjour outre Atlantique après deux fructueuses années, et se rend à Paris, afin de se plonger dans l’école française du hautbois. Elle a la chance de séjourner à la Cité internationale des Arts, pour suivre l’enseignement de Jean-Pierre Arnaud. Mais c’est bien en Suisse qu’elle terminera ses études: Master en pédagogie de la Hochschule der Kunste à Berne, dans la classe de Hans Elhorst, et Master en interprétation à la Musikakademie der Stadt Basel, dans la classe d’Omar Zoboli.

Elle occupe le poste de hautbois solo à Musique des Lumières depuis 2005 et à l’Ensemble Symphonique Neuchâtel depuis la fondation de celui-ci en 2008, et enseigne le hautbois au Conservatoire de Musique Neuchâtelois. Elle est membre de l’Ensemble SIGMA, quintette à vent et piano, actif dans toute la Suisse.

Ne reculant devant aucun défi, elle accepte en juillet 2017 d’entrer dans l’équipe administrative de Musique des Lumières. Elle se découvre grâce à cette démarche une passion pour la stratégie et pour le développement de son orchestre.

Facundo Agudin

Le chef suisse d’origine argentine s’est formé à Buenos Aires et à la Schola Cantorum Basiliensis. Basé en Suisse depuis 1996, il mène sa carrière dans une dizaine de pays. Ses années avec les Basler Madrigalisten et le Schweizer Kammerchor le rapprochent de Claudio Abbado, Valery Gergiev, Simon Rattle, Armin Jordan. Il fait ses débuts au Théâtre Mariinsky avec Faust en 2014/15 ; Enescu Festival dans la série 21st Century Music en 2017 ; Festival del Maggio Musicale Fiorentino avec Das Lied von der Erde en 2019. Il collabore avec des artistes comme Ramón Vargas, Sara Mingardo, Giuliano Carmignola, Rubén Amoretti, Kent Nagano. En Suisse, Agudin collabore depuis 2020 avec le Basler Gesangverein en tant que Directeur musical. Il est Directeur musical et artistique de l’orchestre Musique des Lumières, avec lequel il a enregistré pour Oehms Classics, NEOS Music, Doron Music, SRF 2 Kultur. Depuis 2017, Agudin et Musique des Lumières sont des artistes officiels du label IBS Classical. Leurs dernières productions discographiques Der Kaiser von Atlantis dans la nouvelle édition de Lisandro Abadie et Bach Mirror ont été unanimement salués par la presse internationale. En 2015 et 2016 il est nominé par l’Association des Critiques Musicaux d’Argentine au prix Meilleur Chef Argentin aux côtés de Daniel Barenboim ; en 2019, Agudin reçoit le Prix “Chef de la Décennie” octroyé par la Fondation KONEX. Agudin est président du Jury du CIML Concours d’Interprétation Musicale de Lausanne, Directeur Musical du Basler Gesangverein, Directeur du programme Sinfónica Patagonia UNRN, il est nommé Artiste en résidence auprès de l’Ensemble Vocal de Lausanne pour les saisons 21/22/23. En collaboration avec Musique des Lumières et IBS Classical, Agudin enregistrera en 20/21 “An English Garden” avec Marina Viotti et “Das Lied von der Erde” avec Ramón Vargas. En 2021 il fera ses débuts avec Orquesta Sinfónica Simon Bolívar avec la première vénézuélienne du Roméo et Juliette d’Héctor Berlioz.

Musique des Lumières

L’Orchestre Musique des Lumières, que Facundo Agudin dirige depuis ses débuts en 2001, mène une activité symphonique qui occupe depuis plusieurs années une place importante sur le paysage culturel suisse. Dans un approche transversale du répertoire, l’originalité de ses productions est régulièrement saluée par la critique internationale et attire le regard de musicologues de prestige.

Depuis 2008, l’Orchestre Musique des Lumières a développé différents projets en collaboration avec Fondazione Giorgio Cini, Centre Dürrenmatt Neuchâtel, Biennale Neue Musik Chur, TOBS Théâtre Orchestre Bienne Soleure, Opera Obliqua, Kaserne Basel, l’Opéra National de Pologne à Poznán, Ricordi München, Universal Music Group, IRTS 2 Kultur, Festival Stand’Eté, Théâtre du Passage et Lyrica Neuchâtel, Théâtre de Vevey, Théâtre de Fribourg, la Scène nationale de Belfort, Orchestra Classica Italiana, le Comité des Jeux d’hiver Torino, ARCAL Paris.

L’Orchestre Musique des Lumières est soutenu par la République et canton du Jura et la Loterie Romande. Ses différents projets sont accompagnés par la Fondation suisse pour la culture Pro Helvetia, la Charlotte Kerr Dürrenmatt-Stiftung, la Fondation Nestlé pour l’art, la fondation SUISA, la Fondation Dénéréaz parmi d’autres institutions.

AVEC LE SOUTIEN DE
SPONSOR DE PROJET
SOUTIEN DE PROJET
COMMUNES PARTENAIRES
COLLABORATIONS ARTISTIQUES
PARTENAIRES ARTISTIQUES
COOPÉRATIONS
COLLABORATIONS