Mozart’s Sinfonia Concertante for Winds

La Symphonie Concertante KV 297b (Paris, 1778) est écrite pour quatre solistes, un hautbois, une clarinette en si , un cor en mi et un basson qui dialoguent avec un orchestre formé de cordes, deux hautbois et deux cors. Mozart a montré une grande prédilection pour les instruments à vent dans ses opéras et ses concertos. On peut citer par exemple les interventions inspirées des bois dans ses concertos pour piano N°15 et N°17 lorsqu’ils dialoguent avec le soliste. Dans ses opéras, de nombreuses arias sont enrichies par des passages virtuoses des bois et des cors, comme Per pietà, ben mio, perdona dans « Così fan’ tutte » KV 588. Plusieurs spécialistes retrouvent ces qualités dans la Symphonie Concertante.

En dépit d’une controverse existante sur son authenticité, la Symphonie Concertante est populaire de nos jours. Elle

est régulièrement interprétée et bien considérée par les plus grands solistes. Robert D. Levin considère authentique la partie orchestrale, alors qu’il estime que les parties solistes ont pu être modifiées par des personnes inconnues. L’écriture des parties des vents est d’une telle qualité que la pièce préfigure la Gran Partita en si bémol majeur, composée en 1781.

Gullung, Bachmann, Michel, Magnus, Agudin, Musique des Lumières

Newsletter

Inscrivez-vous à notre newsletter pour recevoir les dernières nouvelles ainsi que les concerts à venir.