Sous les étoiles

Les concerts de Noël

JURABO 5

1décembre 2020 – 19h30

Temple protestant, Sornetan

1décembre 2020 – 17h

Salle de l’Inter, Porrentruy

19 décembre 2020 – 19h30

Nouvelle Église, Le Noirmont

COVID-19

Visionnez notre concert enregistré en Streaming ici:

Un concert sous les étoiles

 

PROGRAMME

Johann Sebastian Bach
Ehre sei dir, Gott, gesungen BWV 248
Oratorio de Noël, Partie V

Johann Sebastian Bach
Suite orchestrale en Ré majeur N°3 BWV 1068

Johann Sebastian Bach
Herr wenn die stolze Feinde schnauben BWV 248
Oratorio de Noël, Partie VI

Marion Grange soprano *
Eléonore Gagey alto
Annina Haug alto
Jörg Dürmüller ténor
Lisandro Abadie basse

Chœur et orchestre Musique des Lumières
Facundo Agudin direction

Le Voyage Bach - Programme de médiation culturelle MdL
* Artiste se produisant pour la première fois dans le canton du Jura

BILLETTERIE

email : accueil@musiquedeslumieres.com
tél. : 079 577 20 03

Fournier Musique
Rue de la Préfecture 14
CH 2800 Delémont

Points de vente Seeticket:
Swiss Post, Manor, Coop City

Marion Grange
Brillante personnalité artistique et vocale, la soprano française Marion Grange est lauréate de plusieurs concours internationaux dont le Grand Prix Paul Derenne au Concours International de Mélodie Française de Toulouse 2013 (en duo avec Ambroise de Rancourt, prix du meilleur pianiste) et celui de  Meilleure interprète au concours Armel Competition 2014, pour son interprétation du rôle de Susanna dans Figaro¿ de Christian Henking. 2e prix catégorie opéra au 27e Concours International de Béziers 2012,  elle est lauréate, en duo avec Ambroise de Rancourt, du 2e Concours Gustav Mahler à Genève, et du Concours International de Lied de Karlsruhe 2017.

L’année 2014 marque le début de sa carrière internationale, avec son succès dans la création du rôle de Susanne dans Figaro¿ de Christian Henking, à Budapest, sa présence très remarquée aux concours de Lieder à Stuttgart (prestigieux concours Wolf en Allemagne) et Graz (Autriche), et son interprétation au Brésil du Psaume 42 de Mendelssohn avec l’Orchestre Symphonique de Sao Paulo.

Marion Grange est diplômée du Master de Soliste de la Haute Ecole de Musique de Genève, dans la classe de Marcin Habela. Elle est pensionnaire du CNIPAL en 2012-2013. Elle s’est ainsi formée auprès d’artistes tels que Teresa Berganza,Thomas Hampson, Evelyne Brunner, Regina Werner, Yvonne Minton, François Le Roux, Alain Garichot, ou Cécile de Boever. Par ailleurs, elle est diplômée en musicologie, violoncelle et direction de choeur. Elle a été boursière de la Fondation Sigg et du Cercle Romand Richard Wagner en 2012.

Sur scène, on a pu l’apprécier sur scène à lOpéra de Lausanne (Die Erste Dame dans Die Zauberflöte, ou Hänsel und Gretel de Humperdinck), au Grand Théâtre de Genève (Le devin du village de Rousseau), à l’Opéra de Toulon (Echo dans Ariadne auf Naxos, Erste Dame dans Die Zauberflöte), à l'Opéra de Tours pour Philémon et Baucis de Gounod. Au Theater Orchester Biel Solothurn elle interprète Marzelline dans Fidelio de Beethoven, Sifare dans Mitridate de Mozart, Susanna dans Figaro¿ de Christian Henking, Isolier dans Le comte Ory de Rossini. Avec l’Opéra de chambre de Genève, elle chante Despina dans Cosi fan tutte, Ernestine et Catherine dans Pomme d’Api et Monsieur Chou Fleuri restera chez lui d’Offenbach, Sofia dans Il signor Bruschino de Rossini (Spectacle repris à Macao). Elle interprète le rôle de Sophie Scholl dans die weiße Rose de Udo Zimmermann (production de L'opéra de Bienne), en TOURNEE EUROPEENNE (Bienne, Londres, Vienne et Opéra National norvégien à Oslo et bientôt Cracovie). Elle collabore depuis cette saison avec le Palazetto Bru Zane notamment pour le rôle de Pénélope dans Le retour d'Ulysse de Hervé, joué au théâtre Marigny à Paris.

En concert, elle est régulièrement invitée par Michel Corboz, Celso Antunes (Orchestre Symphonique de Sao Paulo), Michel Piquemal, Jérome Pillement (Festival un Violon sur le sable, Royan). Elle a ainsi chanté dernièrement le Stabat Mater de Pergolèse, sous la direction de Nicolas Chalvin à l'auditorium de Lyon, ou la 9e symphonie de Beethoven au Victoria hall de Genève. Très attachée à la création contemporaine, elle interprète la passion selon Marc de Michael Levinas à Lausanne en 2017, au Festival Musica 2018, et le Festival de la Chaise Dieu. En Août dernier, elle crée les 4 mélodies de Paul Celan de Michael Levinas au festival Messiaen au pays de la Meije (création mondiale).

En récital, affectionnant particulièrement le Lied et la mélodie française, elle forme depuis 2012 un duo avec le pianiste Ambroise de Rancourt et s’est produite en récital à Paris, Genève, à l’Opéra d’Avignon, et Marseille, ou dernièrement au Megève Festival Savoy Truffle et à Berlin. Avec la pianiste Anne Le Bozec, elle chante pour le festival Présence Féminine à l'Opéra de Toulon, un programme autour du cycle deClairières dans le ciel de Lili Boulanger.

Eléonore Gagey

Eléonore Gagey commence la musique dès son plus jeune âge en apprenant la flute traversière. Pendant 10 ans, elle fait partie du Jeune choeur d'Ile de France, sous la direction de Francis Bardot, avec lequel elle réalise ses premières expériences de soliste. Parallèlement à ses études de sage-femme, elle étudie le chant auprès de Sophie Fournier et obtient son DEM de chant lyrique à Paris avec les félicitations du jury.

Après avoir obtenu son diplôme de sage-femme en 2013, Eléonore décide de se consacrer pleinement au chant. Elle obtient son diplôme de Bachelor à la Haute école de musique de Lausanne en 2018 dans la classe de Hiroko Kawamichi et se perfectionne actuellement auprès de Malcolm Walker et Brigitte Balleys. Mezzo-soprano, Eléonore Gagey a chanté les rôles de la 3ème dame dans La flûte enchantée de Mozart avec la troupe « Opera e mobile », de Mère Jeanne de l'enfant Jésus dans Le Dialogue des Carmélites de Poulenc et très récemment le rôle de Cherubin dans les noces de Figaro de Mozart sous la direction de Leonardo Garcia Alarcon.

Eléonore se consacre également au répertoire sacré et participe à de nombreux concerts en tant que soliste pour la saison 2018-2019 sous la direction de Facundo Agudin, Renaud Bouvier et Nicolas Reymond. Eléonore chantera en Avril prochain le rôle de l’elfe dans Le songe d’une nuit d’été de Felix Mendelssohn avec l’OCL sous la direction de Joshua Weilerstein.

Annina Haug

D’abord diplômée d’enseignement du violoncelle au Conservatoire neuchâtelois, elle cultive ensuite sa passion pour le chant par des études à la Royal Academy of Music de Londres, à la Musik-Hochschule de Lucerne et au Schweizer Opernstudio. Actuellement elle continue de se perfectionner auprès de Marc Bourdeau.

Elle répond à maints engagements en soliste et à l’opéra, elle chante avec Les Basel Sinfonietta, Filarmonica de Stat Sibiu, L'Orchestre de Chambre de Lausanne, L'Orchestre de Chambre de Genève, L'Orchestre de Chambre fribourgeois, L'Ensemble Symphonique de Neuchâtel ou La Landwehr de Fribourg.

A l’opéra son répertoire s’étend de Monteverdi à Mozart, Rossini et Britten. La musique de chambre fait également partie de ses domaines de prédilections. En récital avec la harpiste Meret Eve Haug, avec qui, elles créent le DUO HAUG ou avec un programme "Cabaret" sur scène avec le pianiste Raphaël Sudan par exemple. Elle est artiste active et membre de l'organisation Besuch der Lieder qui promeut le répertoire du Lied et de la mélodie française at home.
Elle vit à Fribourg avec son petit garçon, avec qui elle partage sa passion pour la lecture, la forêt et les découvertes en tous genres.

www.anninahaug.com
www.besuchderlieder.net

Jörg Dürmüller

Le ténor suisse Jörg Dürmüller a tout d’abord étudié le violon et le chant au Conservatoire de Winterthur, avant de poursuivre son apprentissage du chant auprès de Naan Pöld et Hans Kagel à l’École supérieure de musique et de théâtre de Hambourg (Hochschule für Musik und Theater in Hamburg). Il a suivi les cours des maîtres Christa Ludwig et Hermann Prey.

C’est principalement grâce à son interprétation de l’Évangéliste de J.S. Bach que Jörg Dürmüller a acquis sa prestigieuse renommée dans le monde des concerts. Il a chanté dans des centres musicaux réputés, en Allemagne et dans le monde entier, tels que, pour n’en citer que quelques-uns, le Royal Albert Hall de Londres (BBC Proms), le Wiener Musikverein de Vienne, le Santa Cecilia de Rome, l’Auditorio Nacional de España à Madrid, le Théâtre des Champs-Elysées à Paris, le Théâtre du Châtelet à Paris, le Philharmonie de Sao Paulo, le Summer Festival de Tokyo, le Festival de Schwetzingen, le Festival Epidaurus d’Athènes ou la fête de Bach à Leipzig.

En 2005, Jörg Dürmüller a interprété également avec succès l’Evangéliste de la „Passion selon Saint Matthieu“ de J.S.Bach sous la direction de Ton Koopman, sur CD et DVD. En 2007, l’enregistrement sur CD de „Sardakai“, l’opéra de Krenek, avec Jörg Dürmüller dans le premier rôle masculin de Carlo a reçu la célèbre distinction ECHO-Award. La production CD „La belle Galathée“ (Suppé) dirigée par Bruno Weil avec Jörg Dürmüller dans le rôle principal de Pygmalion a obtenu le Prix de la critique discographique allemande (Preis der Deutschen Schallplattenkritik).

Pascale van Coppenolle

 

 

Pascale Van Coppenolle, de nationalité Belge est née à Tokio. Elle a grandi dans unenvironnement familial propice aux arts, son père jouant du piano et de l’orgue. Bien qu’elle reçoive sa première éducation musicale à Londres, ce n’est qu’après le baccalauréat qu’elle entreprend des études d’orgue au Conservatoire Royal de Liège,  sous l’impulsion d’Hubert Schoonbroodt. Elle y obtient de nombreux prix dans diverses branches musicales, dont le prix Gustave Deruyts et le diplôme supérieur d’orgue avec grande distinction. Elle enrichit sa formation auprès de maîtres comme André Isoir, Bernard Lagacé, Luigi Ferdinando Tagliavini, Harald Vogel et Xavier Darasse.

Pédagogue reconnue, elle a approfondi l’écriture musicale avec le professeur Friedrich Jaecker à la Hochschule für Musik de Cologne, où son diplôme obtenu avec brio fut l’occasion d’un mémoire original sur l’emploi de l’orgue dans la musique contemporaine.

Pendant une vingtaine d’années, elle déploie une intense activité pédagogique en Belgique et au Luxembourg, tant dans le domaine de l’orgue que dans celui de la théorie, innovant dans la pédagogie des cours d’écriture. Parallèlement, elle mène une carrière de concertiste en soliste (Luxembourg, Belgique, France, Pays-Bas, Allemagne, USA, Brésil, Japon, Pologne, Irlande, Italie, Suisse) ou dans des ensembles, tout en organisant des cycles de concerts à l’orgue historique de 1693 de l’église des Trinitaires de Vianden au Luxembourg, dont elle sera titulaire pendant 13 ans. Elle a mis sur pied le festival transfrontalier « Musiques au temps des Trinitaires » (« Musik zur Zeit der Trinitarier ») retraçant l’histoire de cet ordre religieux peu connu dans la région frontalière entre le Luxembourg, l’Allemagne et la Belgique.

Pascale Van Coppenolle a valorisé les instruments historiques baroques du Luxembourg. Ses études à ce sujet ont trouvé accueil jusqu’au Japon (Organ Kenkyu), et se sont incarnées dans une série de quatre CD qui ont trouvé un large écho dans la presse internationale spécialisée.

Elle impressionne par son jeu vif, détaillé et souple ainsi que son art raffiné et inventif de la registration. Pascale Van Coppenolle propose des programmes originaux présentant aussi des compositeurs moins connus, n’hésitant pas à mêler le passé et le présent et à développer des thèmes enrichissants. Depuis quelques années, elle fait connaître les compositrices pour orgue du XVIIè au XXè siècle. Son répertoire s’étend sur six siècles de musique, avec une prédilection pour la musique ancienne.

Depuis août 2007, elle est organiste au Temple Allemand de Bienne (Suisse) et professeure à la Haute Ecole des Arts de Berne.

Ouverte au dialogue entre les arts, elle marie dans ses « Musiques du Soir » à Bienne la musique d’orgue – qu’elle soit composée par les grands maîtres ou improvisée librement – avec le texte, la pantomime, la sculpture ou la danse pour ne citer que quelques-uns des alliages possibles.

Passionnée par les recherches et les réalisations de son prédecesseur Daniel Glaus pour promouvoir et construire un orgue à vent « dynamique », elle a soutenu la réalisation du nouvel orgue Metzler au Temple Allemand de Bienne, inédit sur le plan international, qui réunit l’orgue traditionnel de 3 claviers à un 4ème clavier à vent dynamique.

Sa discographie présente entre autres les orgues historiques du Grand-Duché de Luxembourg (XVIIème et XVIIIème siècles) dans des programmes à thème comme par exemple « Le Luxembourg entre le monde latin et germanique » ou l’œuvre d’orgue de Louis Marchand. De nombreux commentaires élogieux émanent de la part de professionnels du métier dans différents pays d’Europe ainsi qu’aux USA et au Canada.

 

Facundo Agudin

Chef d’orchestre suisse-argentin, Facundo Agudin se forme à Buenos Aires, puis réalise des études de post-grade à la Schola Cantorum Basiliensis et chante au sein du Schweizer Kammerchor sous la direction de Valery Gergiev, Claudio Abbado, Armin Jordan, Simon Rattle. En 2007, il remporte le Premier Prix au Colin Metters Seminar à Saint-Pétersbourg. Facundo a fait ses débuts au Théâtre Mariinsky de Saint-Pétersbourg avec Faust en 2015. Il collabore, parmi d’autres artistes, avec Giuliano Carmignola, Ramon Vargas, Pedro Memelsdorff, Sergio Tiempo, Philippe Bianconi, Sara Mingardo.

Basé en Suisse, Agudin est directeur de Musique des Lumières et collabore avec Festival Ljubljana, Enescu Festival, Maggio Musicale Fiorentino, Théâtre Mariinsky, RTV Slovenian, Prague Chamber Orchestra, TOBS Bienne, Sinfonieorchester Basel, Basel Sinfonietta, Orchestre de Cannes et de Besançon, CRT Torino, Teatr Wielki Poznan – Opéra National de Pologne, Opéra National d’Arménie, Teatro Colón, Symphonique National d’Argentine, Symphonique de Córdoba. Il est directeur du programme Sinfónica Patagonia (Université Nationale de Río Negro), professeur invité à l’Université Nationale des Arts, directeur de projet à l’Université des Arts Tirana et président du jury du CIML Concours de Lausanne.

Musique des Lumières

L’Orchestre Musique des Lumières, que Facundo Agudin dirige depuis ses débuts en 2001, mène une activité symphonique qui occupe depuis plusieurs années une place importante sur le paysage culturel suisse. Dans un approche transversale du répertoire, l’originalité de ses productions est régulièrement saluée par la critique internationale et attire le regard de musicologues de prestige.

Depuis 2008, l’Orchestre Musique des Lumières a développé différents projets en collaboration avec Fondazione Giorgio Cini, Centre Dürrenmatt Neuchâtel, Biennale Neue Musik Chur, TOBS Théâtre Orchestre Bienne Soleure, Opera Obliqua, Kaserne Basel, l’Opéra National de Pologne à Poznán, Ricordi München, Universal Music Group, IRTS 2 Kultur, Festival Stand’Eté, Théâtre du Passage et Lyrica Neuchâtel, Théâtre de Vevey, Théâtre de Fribourg, la Scène nationale de Belfort, Orchestra Classica Italiana, le Comité des Jeux d’hiver Torino, ARCAL Paris.

L’Orchestre Musique des Lumières est soutenu par la République et canton du Jura et la Loterie Romande. Ses différents projets sont accompagnés par la Fondation suisse pour la culture Pro Helvetia, la Charlotte Kerr Dürrenmatt-Stiftung, la Fondation Nestlé pour l’art, la fondation SUISA, la Fondation Dénéréaz parmi d’autres institutions.

AVEC LE SOUTIEN DE
PARTENARIATS
COLLABORATIONS